Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La «Sessiun» est ouverte

Un pavillon de la l'Hotel Waldhaus accueille les sénateurs.

(Keystone)

C'est dans la bonne humeur que la session d'automne des deux Chambres du Parlement suisse a débuté lundi à Flims, dans les Grisons.

Pour cette première journée, les députés se sont penchés sur la 5e révision de l'Assurance invalidité. Ils ont notamment décidé de ne pas indexer les rentes versées à l'étranger.

Les Chambres fédérales ont lancé leur «Sessiun d'atun» dans les Grisons par une cérémonie festive d'une heure. Discours et musique ont marqué le début de cette 3e session loin de Berne.

Les élus passeront les trois prochaines semaines dans la station grisonne. Ce déplacement a été rendu nécessaire à cause de la rénovation complète du Palais fédéral de Berne.

Cette session à Flims boucle la boucle des déplacements du Parlement, après celles de Genève en 1993 et de 2001 à Lugano, a déclaré le président de la Chambre basse Claude Janiak. Les élus ont ainsi l'occasion de se rendre compte de près de la vivacité de la culture romanche, s'est-il réjoui.

Couchepin et les minorités

Pascal Couchepin a saisi l'occasion pour célébrer le respect des minorités. «Il y a dans la culture politique en Suisse une attitude profondément ancrée qui consiste à donner à toutes les minorités du pays une chance d'exister et de se manifester», a noté le ministre de l'Intérieur.

«Comme tout le monde se considère d'une manière ou d'une autre comme une minorité, cela signifie dans la pratique que personne n'a le droit ou ne peut avoir la prétention d'imposer aux autres sa volonté politique, économique, linguistique ou religieuse», a-t-il ajouté.

Evoquant les problèmes des régions de montagne, Pascal Couchepin a souligné qu'«il n'y a pas dans ce pays de solution possible sans ouverture aux problèmes des autres. Mais cette ouverture ne doit jamais être une excuse pour maintenir le statu quo et refuser le changement.»

Plurilinguisme

Le plurilinguisme (ou multilinguisme) désigne une région ou un Etat où sont parlées plusieurs langues. La Suisse est un pays plurilingue par ...

Pas d'indexation des rentes AI à l'étranger

Pour ce premier jour, les membres de la Chambre basse se sont penchés une nouvelle fois sur la 5e révision de l'Assurance invalidité (AI).

Les bénéficiaires de l'AI résidant à l'étranger ne verront pas leur rentes indexées sur le pouvoir d'achat local. Les députés ont finalement fait marche arrière, renonçant à imposer cette mesure dans la 5e révision de l'assurance.

Cette question, qui avait suscité la controverse en mars, n'a donné lieu à aucune discussion à Flims. L'indexation différenciée se voulait un signe de mécontentement contre le versement croissant de rentes à l'étranger.

Problème de financement

Les esprits se sont échauffés sur une autre question. Alors que la révision de l'AI est quasiment sous toit, le camp rose-vert est revenu à la charge avec le problème du financement de cette assurance qui affiche un trou de 8 milliards de francs.

La gauche a estimé qu'il ne suffisait pas de couper dans les prestations pour combler le trou financier; il faut également trouver de nouvelles recettes.

Mais tout comme la Chambre haute, la majorité bourgeoise de la Chambre basse a reporté à une date ultérieure la discussion sur une augmentation de la TVA de 0,8 point et des cotisations salariales de 1,4 à 1,5%. La droite a notamment rappelé que le peuple a déjà voté contre une hausse de la TVA en faveur de l'AI.

swissinfo et les agences

En bref

Pour les Grisons, cette tenue d'une session sur leur territoire est un événement politique de première importance. Ce vaste canton alpin va profiter de l'occasion pour soulever quelques problèmes qui le touchent directement.

Par exemple, le statut des régions de montagne et les modèles de développement économique possibles pour une région touristique par excellence, dont les stations comme St-Moritz, Davos ou Arosa sont connues dans le monde entier.

Fin de l'infobox


Liens

×