Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La 5e Suisse se rappelle à celle «de l'intérieur»

Environ 120 représentants des associations de Suisses de l'étranger ont participé au Conseil de l'OSE à Winterthour.

(swissinfo.ch)

En ouverture du 82e Congrès des Suisses de l’étranger, le «parlement de la Cinquième Suisse» prend position sur les thèmes politiques du moment et réaffirme l’importance des liens avec la mère patrie.

C’est l’occasion pour swissinfo de présenter sa nouvelle plate-forme à l’usage de son public traditionnel.

Libre circulation des personnes en Europe, Accords bilatéraux bis, révision du droit de la nationalité, mots d’ordre en vue des votations fédérales du 26 septembre prochain, l’ordre du jour était chargé ce vendredi pour la réunion du Conseil des Suisses de l’étranger (CSE).

Réunion qui ouvre traditionnellement le Congrès de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), dont la 82e édition se tient à Winterthour (Zurich) du 20 au 22 août.

Le CSE, qui défend les intérêts de la Cinquième Suisse vis-à-vis des autorités et de l’opinion publique, se réunit deux fois par an pour examiner les thèmes politiques qui touchent de près les Suisses de l’étranger et pour faire connaître sa position sur des sujets d’actualité.

Le président de l’OSE, Georg Stucky, a souhaité la bienvenue aux quelque cent membres de ce «parlement de la Cinquième Suisse» élu tous les quatre ans.

swissinfo pas oublié



Rapidement, les débats ont porté sur un autre thème important de l’ordre du jour: la révision de la loi radio/TV. Après le Conseil national (chambre basse), c’est au tour de la Chambre des cantons de se prononcer en décembre prochain.

Cette loi est capitale pour l’avenir de swissinfo, durement touché par les restrictions du budget fédéral. Et le CSE n’a pas manqué de rappeler sa position: «la Confédération doit assumer ses obligations et participer pour moitié aux coûts de swissinfo/SRI». Des coûts et des prestations déjà réduits à un minimum.

Georg Stucky a ensuite pris congé du directeur sortant de swissinfo, Nicolas Lombard, venu présenter son dauphin, Beat Witschi, qui reprendra les commandes le 1er janvier 2005.

Ce dernier en a profité pour présenter la nouvelle page «Suisses de l’étranger» de swissinfo ainsi que le forum nouvellement créé.

«Nous aimerions intensifier notre collaboration avec cette plate-forme en ligne qui permettra aux Suisses de l’étranger de discuter entre eux des thèmes qui les intéressent. Et puis, comme nombre d’entre eux votent, nous leur offrons la possibilité de dialoguer avec des politiciens», a notamment déclaré Beat Witschi.

Les Bilatérales Bis plébiscitées



Ensuite, le CSE a évoqué la libre circulation des personnes en Europe et les Accords bilatéraux bis, conclus ce printemps avec l’Union européenne (UE), «si conformes à la vision et aux objectifs de notre organisation», selon le président Stucky.

La majorité des Suisses de l’étranger vivant dans les pays de l’UE, l’OSE est nettement favorable à la problématique européenne, et en particulier à Schengen/Dublin, l’accord contre lequel un référendum a déjà été annoncé.

Vendredi, à 48 voix contre 6, ses représentants ont donc plébiscité les Bilatérales Bis et l’extension de la libre circulation des personnes aux 10 nouveaux membres de l’UE, estimant avec le député libéral Jacques-Simon Eggly qu’«il n’y aura de toutes façon pas d’invasion de barbares de l’Est».

De même, le «parlement de la Cinquième Suisse» s’est penché sur l’un des objets soumis en votation le 26 septembre prochain, la révision du droit de la nationalité.

Après avoir entendu des députés du Conseil national expliquer leur position pour ou contre cette proposition, le CSE s’est prononcé en faveur d’un double «oui». Oui à la naturalisation des étrangers de la 2e génération (54 voix contre 4) d’étrangers, oui à la naturalisation automatique de la 3e génération (57 contre 5).

Des soucis plus terre à terre



Mais les représentants de l’OSE ont également exprimé leurs préoccupations face aux conséquences des coupes budgétaires de la Confédération.

L’ambassadeur Peter Sutter, responsable de la 5e Suisse au Ministère des Affaires étrangères (DFAE), a expliqué que le budget de ce dernier devrait être réduit de 20 millions de francs.

Et de dire son espoir que les écoles suisses de l’étranger, les activités offertes aux jeunes ainsi que le budget de la «Revue Suisse» voient leur avenir assuré. Et aussi que le réseau des représentations consulaires ne soit pas démantelé, comme cela a été annoncé.

De même, Peter Sutter a rappelé à quel point l’introduction du vote électronique est importante pour les Suisses de l’étranger puisqu’elle devrait permettre d’augmenter le taux de participation, actuellement de 19% seulement.

L’OSE espère augmenter le nombre de votants et le faire passer de 90'000 actuellement à au moins 100'000, seuil indispensable pour lancer une initiative.

Ainsi, un projet d’harmonisation des registres électoraux des cantons, indispensable pour permettre le vote électronique, a été mis en consultation en juin dernier.

Enfin, un groupe parlementaire «Suisses de l’étranger» sera constitué le 22 septembre prochain. Avec ses 80 membres, il comptera un tiers du parlement fédéral. Il n’a pas de pouvoir décisionnel mais les Suisses «de l’extérieur» espèrent créer ainsi un réseau permanent de communication avec «l’intérieur».

Tout le monde se retrouve samedi pour l’assemblée plénière de l’OSE. Durant cette deuxième journée du Congrès, les quelques 300 participants doivent plancher sur un thème d’actualité: «Innovation technologique – La Suisse mise au défi».

swissinfo, Isabelle Eichenberger à Winterthour

Faits

Quelque 612'562 compatriotes vivent à l'étranger, soit environ 10% de la population helvétique.
381’695 ont élu domicile dans des pays de l'Union européenne.
70% d’entre eux possèdent la double citoyenneté.
Quelque 90'000 (19%) sont inscrits dans un registre des électeurs et votent.

Fin de l'infobox

En bref

- Créée en 1916 pour représenter la 5e Suisse en Suisse, l’OSE défend les intérêts des Suisses de l’étranger.

- Elle les informe au moyen de la «Revue Suisse», qui fête ses 30 ans.

- Le Conseil des Suisses de l’étranger (CSE), composé de quelque 150 membres élus tous les 4 ans, est l’interlocuteur officiel des autorités.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.