La Belgique déterre la hache de guerre contre Swissair

Suite à la faillite de Sabena, la Belgique reprend les hostilités contre Swissair. swissinfo.ch

Après la débâcle de Sabena, le gouvernement belge veut fédérer les plaignants à Paris, Berlin et Lisbonne. Sans garantie de succès.

Ce contenu a été publié le 12 novembre 2001 - 19:17

La hache de guerre entre l'Etat belge et Swissair est à nouveau déterrée. Et Bruxelles compte bien enrôler Paris, Berlin et Lisbonne dans sa campagne pour faire payer «le groupe suisse qui a causé des drames» dans ces pays.

C'est Rick Daems, ministre belge des Participations publiques, qui a annoncé la reprise des hostilités, lundi matin sur les ondes de la RTBF. Le ministre a affirmé avoir pris contact avec ses «collègues portugais», où la compagnie TAP a également souffert de la faillite de Swissair.

La démission de Rick Daems réclamée

«L'idée nous est venue de contacter les Français et les Allemands pour voir ce que nous pouvons faire ensemble», a encore précisé le ministre belge des Participations publiques.

Il faut dire que, confronté à la faillite de Sabena, Rick Daems est soumis à la pression de la rue qui réclame sa démission. Ce qui peut expliquer ses déclarations. «Nous allons taper très dur pour essayer de sortir les éléments financiers qui parviendront ensuite aux gens de la Sabena.»

Pour l'instant, seule la plainte au tribunal de commerce de Bruxelles «a été réactivée», dit on au ministère des Participations. Cette action concerne le refus de Swissair de payer la première tranche d'une recapitalisation de 430 millions d'euros.

Attaquer Swissair jusqu'en Suisse

Pour le reste, impossible d'obtenir des précisions sur les moyens employés pour «faire en sorte d'attaquer Swissair jusqu'en Suisse», comme s'y engage Rick Daems.

«Nous étudions aussi les possibilités de trouver une solution à l'amiable dans le cadre de l'OCDE. Nous en sommes au début de nos réflexions», explique la porte-parole du ministre belge.

Alain Franco, Bruxelles

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article