La bonne étoile de Krueger

Ralph Krueger: une cote de popularité inébranlable. Keystone Archive

L'équipe de Suisse a pris date pour un rendez-vous historique: celui de Salt Lake City. Où elle rêve de se mesurer aux monstres sacrés de National Hockey League.

Ce contenu a été publié le 20 décembre 2001 - 14:05

Trois matches contre la Biélorussie, la France et l'Ukraine pour obtenir l'insigne honneur de croiser le fer avec les Jagr, Lemieux, Pronger, Hull ou autres Brodeur: le défi est à la hauteur des ambitions de l'entraîneur Ralph Krueger et de son équipe nationale.

Qualifiée pour les Jeux olympiques, les Suisses devront remporter leur poule éliminatoire à Salt Lake City pour en découdre avec les géants du puck dans une seconde phase. Tels les Etats-Unis, le Canada, la Suède ou la République tchèque.

Le charisme de Krueger

Tout faux-pas prendrait des allures de véritable claque, tant les Suisses se préparent depuis plusieurs mois dans cette optique. Plus précisément depuis les derniers championnats du monde (avril-mai 2001) en Allemagne qui n'ont pas tenu leurs promesses.

Une défaite d'emblée devant le maître des lieux allemand, trois autres contre la République tchèque, le Canada et la Russie ont fermé les portes des quarts de finale à Steinegger, Aeschlimann, Plüss et leurs coéquipiers.

Mais l'édifice est solide, tout comme la cote de popularité de Ralph Krueger qui fait l'unanimité tant par ses méthodes que par sa personnalité. Celui qui est souvent défini comme l'entraîneur le plus charismatique du pays s'est même offert le luxe de sortir son livre «Teamlife», un véritable succès en Suisse alémanique. Le Canado-Allemand ne veut pas échouer durant les Jeux Olympiques. Il met au point une véritable armada, taillée selon ses goûts et selon sa conception du hockey.

Pour Ralph Krueger, pas question de prendre les meilleurs hockeyeurs du championnat, mais plutôt les éléments qui lui semblent en mesure de constituer la meilleure équipe possible. La nuance est de taille. La méthode sera vérifiée dans l'Utah en février, puis en Suède à la fin avril, durant les championnats du monde. L'année 2002 s'annonce riche en espoirs.

Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article