La Bourse suisse a accentué ses pertes mercredi

 Toute l'actu en bref

L'indice des 20 valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a cédé 0,55%, clôturant à 8567,88 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a encore nettement reculé mercredi, après avoir déjà cédé passablement du terrain la veille et terminé sur une note presque équilibrée lundi. Les indices se sont cependant quelque peu repris sur la fin.

A New York, Wall Street hésitait à la mi-séance. La Bourse américaine tentait de se relancer au lendemain d'un déclin sans précédent depuis plusieurs mois sur fond d'incertitudes sur la politique du président Donald Trump.

"Le marché essaie de résister", a résumé Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial. Il estimait que l'essentiel des enjeux de mercredi étaient "techniques", les indices se maintenant au-dessus de niveaux jugés symboliques par les investisseurs, après avoir essuyé une journée difficile la veille.

Certains observateurs s'étonnent pour autant que Wall Street réagisse aussi soudainement sans déclencheur manifeste, si ce n'est un blocage apparent au sein de la majorité républicaine au Congrès quant à la réforme de l'assurance maladie destinée à remplacer l'"Obamacare". "Nous pouvons convenir que le principal risque pour la Bourse, ce sont les blocages à Washington", a reconnu Karl Haeling de LBBW dans une note.

Dans ce contexte, le principal indicateur américain du jour, un repli inattendu des reventes de logements en février, a fait figure de rare élément concret.

Stabilité pour SGS

En Suisse, le Swiss Market Index (SMI) a terminé en baisse de 0,55% à 8567,88 points. Le SLI a cédé 0,59% à 1358,14 points et le SPI 0,57% à 9500,13 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 23 ont reculé, 6 avancé et SGS a fini inchangée.

Dufry (-2,4%) a fini lanterne rouge. Adecco (-1,1%), Kühne+Nagel (-1,6%), ABB (-0,6%) et LafargeHolcim (-0,6%) ont aussi pesé sur l'indice vedette de la Bourse helvétique plus que la moyenne, tout comme Galenica (-2,2%).

Les deux grandes banques, Credit Suisse et UBS, ont perdu respectivement 1,8% et 1,7%. Et Julius Baer a lâché 0,5%.

Les établissements financiers ont été passablement malmenés mardi sur les places américaines, en raison du retard probable de la concrétisation des promesses de campagne "trumpesques" en matière de régulation.

Parallèlement, le patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam, a laissé entendre, dans une interview, que l'entrée en Bourse (IPO) de l'entité suisse était "une des options" pour la nécessaire recapitalisation. Auparavant, il parlait d'une "étape stratégique".

Pharmas dans le rouge

Dans le camp des poids lourds défensifs, Novartis (-1,4%) a souffert, après que le géant bâlois a dû annoncer un échec en étude de phase III pour un traitement complémentaire contre l'insuffisance cardiaque. Les analystes chiffrent en milliards le manque à gagner, mais rappellent que le laboratoire rhénan peut se consoler avec la récente approbation de mise sur le marché pour un anticancéreux. Roche (-0,3%) a mieux résisté, Nestlé (-0,2%) aussi.

Parmi les gagnants, Sika (+1%) s'est nettement démarqué, après qu'UBS a confirmé sa recommandation "buy" dans le sillage d'une rencontre avec la direction. Les valeurs du luxe, Swatch (+0,6%) et Richemont (+0,8%), qui avaient souffert la veille après de décevantes exportations horlogères, ont un peu remonté la pente, à la veille de l'ouverture de Baselworld.

Sur le marché élargi, Emmi (-1,4%) a probablement fait l'objet de prises de bénéfice, après des résultats 2016 pourtant meilleurs qu'escompté. Meyer Burger (-1,2%) a fini par retrouver la voie de la rentabilité opérationnelle, sans parvenir toutefois à esquiver une nouvelle perte nette sur l'exercice 2016. Investis (-2,3%) s'est pour la première fois depuis son introduction en Bourse essayé à l'exercice de la présentation de ses résultats annuels.

Newron (+0,8%) a gagné du terrain: mardi soir les autorités américaines du médicament ont homologué son médicament Safinamide pour le traitement de la maladie de Parkinson. Dans l'Union européenne (UE) et en Suisse, ce produit est déjà autorisé.

ATS

 Toute l'actu en bref