Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a gagné 0,25% à 9039,61 points, avec un plus haut annuel atteint en cours de séance à 9043,42 points (archives).

KEYSTONE/THOMAS DELLEY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé la séance de lundi sur une note légèrement positive. L'élection du centriste europhile, Emmanuel Macron, à la présidence française a prolongé la bonne humeur des investisseurs.

Des craintes de prises de bénéfice avaient toutefois émergé, après les records des derniers jours. Le Swiss Market Index (SMI) s'est, au final, inscrit au-dessus des 9000 points, malgré certains traitements hors dividende.

Les places européennes démontrent également une satisfaction, terminant en ordre dispersé: quasi-stabilité pour Londres (+0,05%), modeste baisse pour Francfort (-0,18%) et plus marquée pour Paris (-0,91%), la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle ayant déjà été anticipée par le marché. Wall Street surfait à hauteur de la vague de cet optimisme mesuré.

L'issue du scrutin hexagonal ne faisait pas l'ombre d'un doute dans les scénarios boursiers de la semaine dernière. L'attention des marchés est désormais concentrée sur les législatives françaises de juin, avec pour enjeu l'obtention ou non par M. Macron d'une majorité parlementaire.

En Suisse, les versements de dividende sont venus fausser la donne. UBS et LafargeHolcim notamment ont choisi ce début de semaine pour récompenser leurs actionnaires de leur fidélité.

Stabilité pour ABB

Dans le détail, le SMI a gagné 0,25% à 9039,61 points, avec un plus haut annuel atteint en cours de séance à 9043,42 points. Le Swiss Leader Index (SLI) s'est incliné de 0,16% à 1436,71 points. Le Swiss Performance Index (SPI) s'est enrobé de 0,46% à 10'250,11 points. Parmi les valeurs vedettes, quinze ont perdu des plumes et quatorze ont pris de l'altitude. ABB a terminé à l'équilibre.

Novartis (+1,4%) a terminé en tête. Le géant pharmaceutique a été couvert de louanges dans un article du magazine spécialisé Barron's. Selon ce dernier, le groupe rhénan a trouvé la bonne recette pour aligner les bénéfices et cela n'est pas pris en compte dans la valorisation de l'action. Les autres poids lourds Nestlé (+0,6%) et Roche (+0,5%) ont également soutenu l'indice de référence.

Sika (+0,9%) a visiblement profité de son intégration future dans le SMI. Le chimiste du bâtiment remplacera, la semaine prochaine, l'agrochimiste Syngenta (+1,1%), racheté par Chemchina. Swisscom (+1,1%), Lonza (+0,9%), Kühne+Nagel (+0,7%) et Dufry (+0,6%) figurent également dans le peloton de tête.

Aryzta en fort repli

Aryzta (-4,6%) a dégringolé, après avoir refusé d'infirmer ou de confirmer des rumeurs sur une cession de son importante participation dans le distributeur français de surgelés Picard. Ces supputations avaient fait grimper le cours du boulanger industriel ces derniers temps.

LafargeHolcim a cédé 3,9% ou 2,20 francs, après avoir octroyé 2 francs par titre à ses actionnaires. Les filiales indiennes envisagent de fusionner. Le colosse des matériaux de construction dispose de quelque 63% dans Ambuja Cement et de 36% dans ACC. Les analystes verraient d'un oeil favorable un tel rapprochement.

UBS (-2,5%) a été négocié hors-dividende de 0,60 franc. Credit Suisse (-0,5%) s'est étiolé de manière marquée. Dans le journal alémanique SonntagsZeitung, le directeur de Credit Suisse (Suisse), Thomas Gottstein, a minimisé les frais de la renonciation à une IPO partielle de cette nouvelle unité dont la constitution en 2016 a coûté environ 200 millions de francs.

Sonova (-0,5%) a également terminé dans le rouge. Selon des courtiers, cette évolution est due à de récentes informations sur la situation du marché américain où il semble que les affaires avec les vétérans de guerre américains sont de nouveau en délicatesse. Les valeurs du luxe, Swatch (-1,4%) et Richemont (-0,5%), n'ont pas réussi à maintenir le niveau atteint la semaine passée.

Sur le marché élargi, le groupe bancaire bernois Valiant (+0,3%) a annoncé que son offre de rachat de Triba Partner Bank est largement soutenue et qu'il détient plus de 60% des actions de sa cible. Cosmo a lui gagné 1,6%.

La société américaine BioTelemetry a reçu le feu vert sans condition des autorités anticartellaires des Etats-Unis pour le rachat de l'entier du capital-actions du zougois Lifewatch (+2,2%).

Les autres principaux gagnants du jour sont Varia US Properties (+7,3%), Airesis (+4,4%), VZ Holding (+3,8%) et Perrot Duval (+3,3%). A l'autre bout du tableau, Newron (-3,5%) et Myriad Group (-2,9%) ont accusé des pertes plus importantes.

ATS