Navigation

La candidate de l'opposition remporte la présidentielle à Taïwan

Ce contenu a été publié le 16 janvier 2016 - 16:43
(Keystone-ATS)

La candidate de l'opposition à Taïwan, Tsai Ing-wen, a remporté une victoire écrasante à la présidentielle de samedi. Cette femme favorable à l'indépendance a appelé la Chine à respecter "l'identité nationale" de l'île, tout en promettant de ne pas "provoquer" Pékin.

"Notre système démocratique, notre identité nationale et notre intégrité territoriale doivent être respectés. Toute forme de violation affectera la stabilité des relations entre les deux rives du détroit ", a déclaré à la presse Mme Tsai.

Plus tôt, la candidate du Parti démocratique progressiste (PDP) avait promis d'oeuvrer "à maintenir la paix et la stabilité" dans les relations avec la Chine. "Nous devons nous assurer qu'il n'y aura aucune provocation ou accident", avait-elle ajouté.

Large victoire

Selon un comptage portant sur plus de 50% des bulletins de vote diffusé par la télévision taïwanaise FTV, Mme Tsai a recueilli 58,1% des voix, devant Eric Chu (32,5%), candidat du parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT).

Le KMT a rapidement reconnu sa défaite. "Je suis désolé... Nous avons perdu (...) Nous n'avons pas travaillé assez dur et nous avons déçu les attentes des électeurs", a dit Eric Chu, entouré de ses partisans le visage fermé. Il a démissionné de la présidence du parti nationaliste.

Le PDP espérait aussi remporter, pour la première fois, la majorité des 113 sièges au Parlement monocaméral aux législatives qui se déroulaient le même jour.

Malaise face à Pékin

En votant pour le principal parti d'opposition, les Taïwanais ont clairement exprimé leur souhait de tourner le dos à huit ans de rapprochement avec la Chine, menés sous l'égide du président sortant Ma Jing-jeou.

Mme Tsai, une ancienne universitaire de 59 ans, a vraisemblablement bénéficié du malaise croissant suscité par les relations bilatérales avec Pékin et de la frustration d'une partie des 18 millions d'électeurs face à la stagnation économique.

Malgré la signature d'accords commerciaux et un boom touristique à Taïwan, nombre d'habitants estiment qu'en étant devenue dépendante économiquement de Pékin, l'île a perdu de son identité et de sa souveraineté. Beaucoup estiment aussi être les laissés-pour-compte d'une politique qui n'a profité qu'aux grandes entreprises.

Mais c'est le sort de Chou Tzu-yu, chanteuse taïwanaise de variété K-pop de 16 ans, qui a dominé les débats samedi, après qu'elle eut été été contrainte de présenter ses excuses pour avoir agité un drapeau taïwanais. Mme Tsai a souligné samedi que cette affaire avait "secoué la société taïwanaise". Pour elle, cet incident sera "un rappel constant de l'importance d'être forts et unis".

Détermination chinoise

De son côté, la Chine a averti qu'elle continuerait à s'opposer aux activités de Taïwan visant à l'indépendance. La détermination de Pékin en ce qui concerne la protection de son territoire et de sa souveraineté est "aussi dure qu'un roc", a déclaré samedi le Bureau chinois des Affaires taïwanaises dans un communiqué.

La République populaire considère toujours Taïwan comme une partie intégrante de son territoire qu'elle peut reprendre par la force le cas échéant.

Signe de son pragmatisme, Mme Tsai avait souligné lors de la campagne que le "statu quo" serait maintenu, mettant beaucoup d'eau dans le vin du discours traditionnellement indépendantiste du PDP. Un consensus tacite conclu en 1992 entre Pékin et Taipei veut qu'il n'y ait qu'"une seule Chine" et laisse à chaque partie le loisir d'interpréter cela comme elle l'entend.

Pas de retour de bâton immédiat

La plupart des experts estiment inévitable une certaine dégradation des relations. Mais ils pensent qu'un retour éventuel de bâton ne sera pas immédiat, car s'aliéner Taïwan irait à l'encontre de la réunification souhaitée par la Chine.

"Les relations vont être plus compliquées, moins prévisibles. Elles vont se détériorer mais l'intérêt de Pékin c'est de maintenir Taïwan dans la dépendance économique", estime Jean-Pierre Cabestan, de l'Université baptiste de Hong Kong.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.