La carrière internationale d'Adolf Ogi prend forme

Retour sur le devant de la scène pour Adolf Ogi. Mercredi, l'ancien président de la Confédération avait convoqué la presse pour annoncer sa nomination à l'ONU. Keystone

La retraite dorée de l'ancien Président de la Confédération, Adolf Ogi, sera sportive. Nommé officiellement conseiller spécial pour le sport, le développement et la paix par le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, il reste néanmoins en course pour un siège au CIO.

Ce contenu a été publié le 28 février 2001 - 20:50

Kofi Annan a désigné Adolf Ogi pour le soutenir dans ses efforts auprès du monde du sport. Dans cette mission, créée de toute pièce pour le Suisse, celui-ci se devra de soutenir les activités et les idéaux des Nations Unies.

Outre des discussions multiples avec les dirigeants du monde du sport, il représentera également Kofi Annan lors de diverses conférences organisées dans le monde du sport et avec les médias sportifs.

«Je suis naturellement très ému et fier que Monsieur Kofi Annan ait pensé à moi pour cette fonction de conseiller spécial pour le sport, le développement et la paix. C'est quelque chose d'extraordinaire pour moi et pour la Suisse. Et je crois sincèrement en cette mission», s'est réjoui Adolf Ogi.

Mais ce n'est pas tout. L'ancien ministre des sports pourrait également devenir le sixième possesseur d'un passeport à croix blanche à intégrer le CIO «Il n'y a aucun obstacle à cela. Messieurs Annan et Samaranch sont tout à fait au courant de la situation. Je reste candidat à ce poste qui pourrait d'ailleurs se révéler d'une compatibilité exemplaire avec les fonctions auxquelles je viens d'être nommé», a encore précisé le natif de Kandersteg.

Il faut dire que ses chances d'accéder à cette autre fonction sont réelles. Cela, même si cinq Suisses occupent déjà des places au Comité International Olympique: Josef Blatter, René Fasel, Gianfranco Casper, Denis Oswald et Marc Hodler.

Nommé président d'honneur de l'Association olympique suisse (AOS) en novembre dernier, il peut, grâce à cette astuce, espérer raisonnablement prendre le chemin du Château de Vidy.

«Monsieur Ogi possède de réelles chances d'être élu au CIO. Et je pense que cela sera bénéfique au sport suisse. Il pourra en effet faire avancer la cause du pays. Son expérience politique est un avantage et son esprit positif, sa manière de convaincre les gens jouent en sa faveur», affirme Walter Kägi, actuel président de l'AOS.

«Je pars comme un sportif au sommet», avait déclaré Adolf Ogi au moment de mettre un terme à sa carrière politique. «Je reviens au sommet du sport», triomphera-t-il peut-être de plus belle en juillet prochain en terres moscovites. Lui qui est déjà plus qu'à mi-chemin.


Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article