La Chine veut établir une liste noire de ses touristes mal élevés

Pékin veut dresser la liste noire des touristes qui se comportent mal à l'étranger. Des cas de Chinois ayant montré une attitude peu civile en vacances ont dernièrement embarrassé les autorités.

Parmi les mauvaises manières: le manque de respect aux coutumes locales ou des agissements antisociaux dans les transports publics. L'Administration nationale du tourisme (ANT) va mettre en place une banque de données des touristes fauteurs de troubles, dont les noms seront transmis à la police, aux douanes et aux banques, a rapporté samedi l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

D'autres comportements, comme endommager la propriété privée ou publique, saboter des expositions historiques, se livrer à des jeux d'argent ou à des activités pornographiques sont aussi visés. Les contrevenants resteront sur cette liste pendant deux ans.

L'économie chinoise a connu une forte expansion ces dix dernières années. Après des décennies d'isolement, la classe moyenne, qui n'a de cesse de s'agrandir, est désireuse de voyager à l'étranger.

100 millions de voyages

Selon les chiffres officiels, les Chinois ont effectué l'an dernier 100 millions de voyages à l'extérieur du pays, y compris à Hong Kong, Macao et Taïwan. Et les mauvaises manières de certains ont parfois été source d'embarras pour les autorités.

Par exemple, des touristes chinois ont récemment scandalisé les Thaïlandais en faisant sécher leur linge à l'aéroport, en déféquant en public ou en donnant des coups de pied à une cloche dans un temple. Il y a aussi eu des cas d'esclandres à bord d'avions, y compris celui de passagers ouvrant les sorties de secours ou lançant des nouilles bouillantes sur l'équipage.

En 2013, un ressortissant chinois avait scandalisé en écrivant son nom sur une ancienne sculpture égyptienne. Cette même année, l'ANT avait publié un guide des bonnes manières à l'intention des touristes chinois, leur demandant de s'abstenir de se curer le nez, d'uriner dans la piscine ou de voler les gilets de sauvetage dans les avions.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article