Navigation

La Confédération barre la route à «Schumi»

Le pilote allemand aimerait bâtir sur la colline de Guggenbuehel une luxueuse villa avec des écuries et un manège. Keystone

Michael Schumacher veut s'établir à Wolfhalden (AR). Mais l'administration fédérale s'oppose au projet immobilier du champion de Formule 1.

Ce contenu a été publié le 19 mars 2002 - 18:00

Selon le directeur de l'Office fédéral du développement territorial Pierre-Alain Rumley, ce projet n'est acceptable ni sur le plan de l'aménagement du territoire, ni sur le plan juridique, confirmant ainsi l'information parue dans la Berner Zeitung.

«Nous n'avons rien contre la famille Schumacher et son projet de s'établir en Appenzell, observe Pierre-Alain Rumley. Nous avons cependant examiné le dossier et sommes d'avis qu'il s'agit de la création d'une nouvelle zone à bâtir.»

Neuf oppositions au projet

Or, les caractéristiques de cette zone à bâtir ne sont pas conformes au droit fédéral. C'est ce que l'Office fédéral du développement territorial a fait savoir au canton d'Appenzell Rhodes-extérieures.

Pierre-Alain Rumley se déclare convaincu que la position de son office serait partagée par les tribunaux. Il ne voit que très peu de marge de manœuvre à l'endroit choisi, tout en n'excluant pas qu'une solution soit trouvée.

Neuf oppositions ont été déposées lors de la mise à l'enquête du projet de construction. Les organisations de protection de l'environnement, entre autres, refusent le changement de zone de la colline du Guggenbuehel, où le champion allemand veut construire sa luxueuse villa avec des écuries et un manège.

une rencontre à la mi-avril

Actuellement domicilié à Vufflens-le-Château (VD), le coureur automobile entend s'établir dans la partie alémanique du pays pour que ses enfants puissent suivre l'école dans leur langue maternelle.

En vue d'obtenir un éventuel retrait des oppositions, Michael Schumacher doit rencontrer à la mi-avril les défenseurs de l'environnement.

L'avocat du champion de Formule 1 avait déclaré que son client renoncerait à son projet si l'affaire devait se régler devant les tribunaux.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.