Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Confédération va encore se serrer la ceinture

En tout, l'administration fédérale devrait perdre 4500 emplois d'ici 2010.

(Keystone)

Une nouvelle cure d'amaigrissement attend l'administration fédérale: 190 millions de francs d’économies et 800 emplois à la trappe d’ici 2008.

Mercredi, le Conseil fédéral (gouvernement) a adopté son nouveau programme d'abandon des tâches (PAT).

«Le mouvement de restructuration s'accélère», a admis le ministre des finances Hans-Rudolf Merz devant la presse. Avec les suppressions déjà décidées, notamment dans les programmes d'économies et au ministère de la défense, la Confédération va perdre quelque 4500 emplois entre 2004 et 2010.

Cela correspond à une baisse des effectifs d'environ 13%, sur les quelque 34’600 emplois que comptait l’administration à fin 2003. Le nouveau couperet, déjà annoncé l'an dernier avec le plan d'austérité 2004, devrait néanmoins être «socialement supportable et ne pas entraîner, si possible, de licenciements», selon le ministre des finances.

Les sept ministères et la chancellerie doivent effectuer d'ici 2008 des économies linéaires de 5% dans les dépenses de biens, services et investissements ainsi que de 3% dans le personnel. C'est à eux de définir le nombre d'emplois qui seront biffés dans leurs services, explique Hans-Rudolf Merz.

Certains secteurs seront épargnés


Impossible donc pour l'heure de détailler la répartition des sacrifices. Le ministère des finances est le seul à annoncer son intention de couper quelque 270 postes. Plusieurs secteurs bénéficieront en outre d'une certaine clémence, en raison des réorganisations qui les ont déjà frappés.

Ainsi, à la défense (ministère également en charge de la protection de la population et du sport), seuls les offices du sport et de la topographie ainsi que la direction de l'informatique sont soumis au programme d'abandon des tâches. Les offices de l'aviation civile et de l'assurance militaire ne seront pas touchés.

Quant au réseau des représentations diplomatiques à l'étranger, les objectifs d'économies y seront divisés par deux. En effet, la majorité des ambassades et des consulats sont de si petite taille que de nombreuses représentations devraient être fermées si l'objectif de 5% de réduction leur était imposé.

Les affaires étrangères envisagent néanmoins de fermer six représentations consulaires, dont quatre en Europe de l'Ouest, tout en refusant pour l'heure de préciser lesquels. Les grandes missions ne seront pas épargnées par les économies.

Pas seulement le personnel


Les réductions de personnel représentent plus de 80 des 190 millions de francs que le gouvernement escompte du PAT.

Les réductions des dépenses de biens et services devraient permettre des économies de l'ordre de 79 millions et celles des investissements de plus de 27 millions.

La liste des 160 mesures proposées par les ministères comprend par exemple la suppression du prix «Zora la rousse» pour l'égalité des sexes dans les publications destinées aux enfants et la réduction de l'exploitation du Centre Dürrenmatt de Neuchâtel.

Il est aussi question d'abandonner des projets de gestion civile de conflits ou dans les domaines de la prévention de la santé. La mise hors cours des pièces de 1 et 5 centimes figure aussi dans le catalogue (300’000 francs d'économies en 2008).

Moins d’Etat


Au-delà du PAT, le Conseil fédéral envisage de réduire durablement les dépenses de l'Etat grâce à des réformes en profondeur. Hans-Rudolf Merz a cité la réforme de l'administration, prochainement au menu d'une séance spéciale, et le nouveau catalogue des tâches, attendu pour le second semestre de l'année.

Le gouvernement veut examiner à la loupe toutes les catégories de tâches assumées par l'Etat, afin de rayer tous les cas où l'action étatique ne se justifie pas, explique le ministre.

En revanche, Hans-Rudolf Merz ne veut plus recourir à un programme d'économies ponctuel. Selon lui, ce genre d'exercice ne peut être répété à l'envi sous peine de perdre toute crédibilité. Le dégraissage doit désormais passer par le budget ordinaire.

swissinfo et les agences

En bref

- Le gouvernement a adopté mercredi un «programme d'abandon des tâches» (PAT), qui complète les programmes d'allégement budgétaire 2003 et 2004.

- Le PAT contraint l'administration à simplifier son organisation, à améliorer ses processus et ses structures et à renoncer à certaines tâches. Objectif: économiser durablement 190 millions de francs par an d’ici 2008.

- Le PAT affecte les dépenses de biens et services pour 41,3%, les investissements pour 14,4% et les frais de personnel pour 44,3%. Ce qui correspond à une suppression de quelque 800 postes.

- Si l’on cumule les effets des deux programmes d'allégement, de la réforme du ministère de la défense et du PAT, ce sont quelque 4500 emplois qui devraient être supprimés jusqu’en 2010.

- Le gouvernement fera en sorte que ces suppressions soient «socialement supportables» et n’entraînent si possible pas de licenciements.

- Mercredi, deux syndicats de la fonction publique ont protesté, estimant qu'il s'agit là d'une «réorganisation stérile» et d'une politique de démantèlement, faite sur le dos du personnel.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.