Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Coupe du monde de fond fait halte dans les Grisons

Florence Rochat a retrouvé la pêche (ici lors de sa victoire au 30 km du championnat suisse).

(Keystone)

Mercredi, les fondeurs suisses vont peut-être saisir l'occasion de marquer des points. Depuis sept ou huit ans, ils ont raté leurs objectifs à Davos. Les meilleures chances appartiennent à Brigitte Albrecht et à Laurence Rochat.

La cinquième manche de la Coupe du monde de fond fait halte à Davos mercredi. Sont inscrits au programme un 15 kilomètres dames et un 30 kilomètres messieurs, deux épreuves en style classique.

A quelques exceptions, les meilleurs fondeurs du monde seront au départ. Les organisateurs ne sont pas peu fiers de l'annoncer: «C'est l'unique fois de la saison avant les Championnats du monde de Lahti, où le plateau sera aussi prestigieux».

La Coupe du monde 2000/2001 est pour l'instant dominée par le Suédois Per Elofsson (trois courses, trois victoires) chez les messieurs et la Russe Julija Tchepalova chez les dames.

Mais les premières épreuves ont également permis aux Suisses de se mettre quelque peu en évidence. La Valaisanne Brigitte Abrecht, la Vaudoise Laurence Rochat et le Lucernois Wilehm Aschwanden se sont ainsi qualifiés pour les Mondiaux. Il en va de même pour les deux relais.

«J'attends de mes fondeurs qu'ils entrent dans les points Coupe du monde (réd: les 30 premiers classés)», relève l'entraîneur norvégien des Suisses. «Il a sept ou huit ans qu'aucun Suisse n'a marqué de points dans les Grisons.»

La piste de La Flüela - une boucle de 7,5 kilomètres- est prête malgré un enneigement précaire. Cinq milles mètres/cubes de neige, dont 3000 de neige artificielle ont été amenés.

S'il est utopique de voir un Suisse sur le podium, les meilleures chances de bons résultats devraient venir d'Albrecht et de Rochat. Après une saison 1999/2000 calamiteuse suite à des ennuis de santé, la Valaisanne (11e d'un dix kilomètres libre à Santa-Caterina) sort du tunnel.

«L'hiver passé, j'avais perdu confiance. Je me suis mise à douter quand bien même je connaissais les raisons de ma méforme», explique-t-elle. Aujourd'hui elle s'est distancée de son entraîneur personnel, Hans-Ueli Kreuzer. «Il m'a beaucoup apporté. A 30 ans, j'estime avoir beaucoup appris à son contact. Aujourd'hui, j'ai besoin de mon autonomie et de prendre mes responsabilités. Toutefois, je fonctionne toujours selon sa philosophie.»

Ses objectifs cet hiver sont de retrouver son niveau de 1998/1999 et d'entrer régulièrement dans les points de la Coupe du monde.

Laurence Rochat sort également du tunnel après une saison empoisonnée par une mononucléose «Tout est rentré dans l'ordre», explique la Combière. «Je suis surprise en bien de mes premiers résultats. Même si je ne suis pas encore entrée dans les points.

Au plan de la progression, la Vaudoise - 22 ans en août prochain - a gagné en force et en endurance. Et ce, grâce à une meilleure base d'entraînement cet été. «Au cours des premières courses, je n'ai jamais été dans le rouge. Mais je ne suis jamais parvenue à franchir cette barre des 30 points. C'est une barrière psychologique. Un détail finalement qui ne change rien à ma satisfactions». Son objectif, être en forme à Lahti en février prochain.

Pierre-Henri BONVIN

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×