Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La croissance économique revue à la baisse

La croissance économique devrait perdre de sa vigueur cette année en Suisse, selon l'organisation patronale economiesuisse (ex-Vorort). Le produit intérieur brut (PIB) progressera de 2%, contre 3,4% en 2000. Aucune récession n'est cependant en vue.

L'organisation faîtière n'est pas la seule à avancer de telles prévisions. Les instituts de recherche bâlois BAK et zurichois KOF, de même que les grandes banques UBS et Credit Suisse Group ont également revu leurs projections à la baisse. Ils estiment entre 1,6% et 2,2% la croissance du PIB pour 2001.

Les signes d'essoufflement viennent de l'étranger. Le scénario, qui mise sur une pause relativement brève de l'économie mondiale, est lié à de grosses incertitudes. Un atterrissage plus difficile de l'économie américaine et un fléchissement plus marqué au Japon pourraient affecter le contexte planétaire.

Et ce ralentissement au niveau mondial aura des conséquences sur les exportations suisses au 2e semestre. L'évolution des investissements d'équipement devrait être plus modérée que jusqu'ici. La diminution significative des importations de biens d'investissements pourrait être considérée comme un signe avant-coureur de cette tendance.

Cela dit, même si la conjoncture mondiale s'est sensiblement ralentie, cela ne devrait pas conduire à une récession, estime economiesuisse. De plus, la consommation toujours soutenue et l'essor de la construction devraient contribuer à une conjoncture interne solide.

La croissance économique repose toujours sur une base solide. La bonne orientation de l'économie est le reflet des efforts d'innovation considérables consentis par l'économie suisse ces derniers temps. En dépit du ralentissement conjoncturel, le volume de l'emploi a augmenté.

A l'ère de la mondialisation, les avantages concurrentiels, notamment en ce qui concerne les biens et services incorporant beaucoup de connaissances sont sans cesse à reconquérir. Selon l'organisation patronale, cela nécessite de la part des entreprises, mais aussi de l'Etat, une grande capacité d'ajustement et une volonté de réforme.

swissinfo avec les agences


Liens

×