Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Défense sacrifie 564 emplois à court terme

Jamais autant d'emplois n'auront été supprimés dans un Ministère...

(Keystone)

Annoncée en février par Samuel Schmid, ministre de la Défense, la restructuration de l’armée se concrétise.

A court terme, 564 postes vont être supprimés sur les 1100 voués à disparaître d'ici fin 2005 et 2500 d’ici 2010. Vingt-cinq sites ferment dès à présent et toutes les régions sont touchées.

Des impératifs financiers contraignent l'armée à tailler à la hache, plus rapidement que prévu, dans ses effectifs et sa logistique. Sur les 1100 postes appelés à disparaître d'ici fin 2005 au sein de la défense, 560 seront supprimés cette année déjà.

Si le commandement de l'armée veut satisfaire les exigences politiques et financières qui lui ont été imposées, les premières mesures de réduction devront être prises ces prochaines semaines déjà, indique le Ministère de la défense.

Les cantons sont informés

Le conseiller fédéral Samuel Schmid et le chef de l'armée Christoph Keckeis ont informé vendredi les représentants des autorités cantonales des mesures prévues dans la première phase de réduction des effectifs et des sites.

En décembre, les cantons recevront une vue d'ensemble de l'infrastructure encore nécessaire, puis seront invités à donner leur avis. Ceux-ci sont concernés de près, car les économies toucheront des arsenaux et des aérodromes, sources de revenus pour les cantons.

Le choix des emplacements définitifs et la synchronisation de l'ensemble du processus de restructuration seront décidés sur cette base au printemps 2005. Puis, dès le milieu de l'année prochaine, une procédure de plan sectoriel sera engagée, a indiqué le Ministère de la défense (DDPS).

Emplois supprimés

Premiers secteurs à faire les frais de réductions: les Forces terrestres et la base logistique (arsenaux et parcs automobiles). Pour les Forces terrestres, les premières mesures seront prises aux cours des prochaines semaines. 167 personnes vont voir leur poste supprimé. Aucun autre emploi n'a pu leur être trouvé, malgré le transfert de 1391 ex-gardes fortifications à la sécurité militaire.

Dans la base logistique, qui va voir ses effectifs fondre de 600 postes d'ici fin 2005, 397 emplois disparaîtront avant le printemps. La première étape ne touche toutefois pas les arsenaux cantonaux, ni les collaborateurs des cantons.

Les Forces aériennes n'échappent pas non plus à la cure d'amaigrissement. Elles devront supprimer 235 postes d'ici 2011.

A l'horizon 2010, ce sont quelque 2500 emplois en tout qui vont disparaître dans le domaine de la défense. La réduction forcée du personnel est ressentie douloureusement par toutes les personnes concernées, reconnaît le DDPS. Aussi promet-il que tout est mis en oeuvre pour qu'elle se déroule de manière socialement équitable et conformément au plan social de l'administration.

Sites touchés

Concernant les sites militaires, le DDPS prévoit de ne maintenir à l'avenir que les aérodromes de Payerne (Vaud), Sion (Valais), Meiringen (Berne), Locarno (Tessin) ainsi qu'un site à choisir entre Alpnach (Obwald), Buochs (Nidwald), Dübendorf (Zurich), Emmen (Lucerne) et Mollis (Glaris). Les quatre non retenus devront fermer.

Côté base logistique, 18 emplacements d'exploitation vont fermer complètement et 7 autres partiellement cette année encore. Ces sites n'offrent aucun potentiel comme centres logistiques et n'assurent aucune assistance à la clientèle, note le DDPS.

En revanche, aucune des 30 exploitations de base ne sera supprimée durant la première phase. Quant aux arsenaux cantonaux, les contrats passés avec les cantons seront résiliés avec effet à fin 2006.

Schéma revu

Le DDPS a par ailleurs revu son schéma de redimensionnement de la base logistique. Alors qu'il annonçait en février vouloir ramener les 30 exploitations de base, avec plus de 600 dépôts, à trois à cinq centres logistiques et à deux ou trois centres automobiles, il n'est plus question désormais de centres de véhicules proprement dits. Les centres logistiques assumeront les deux fonctions.

D'un point de vue économique, il serait idéal de disposer de trois centres logistiques plus un dépôt central. Mais pour des raisons de stratégie militaire, le commandement de l'armée soutient un modèle avec un centre logistique supplémentaire au Tessin, ce qui allongerait la facture de 3 millions de francs.

Mesures d’accompagnement

Le Ministère a mis en place une série de mesures d'accompagnement afin d'atténuer les effets de sa cure d’amaigrissement. Il a créé un «Job Center» chargé d'offrir un soutien technique, social et logistique aux collaborateurs concernés pour les aider à retrouver un emploi dans la mesure du possible. Côté plan social, il applique celui de la Confédération.

A noter que jamais autant d'emplois n'auront été supprimés en même temps dans un Département fédéral.

Les coupes continuent

Les mesures d’économie ne s’arrêteront pas là. Ainsi, le Parlement ne devrait pas se prononcer sur l'achat de chars de génie dans l'immédiat. Voulant d'abord un débat de fond sur les missions de l'armée, la commission compétente du Conseil des Etats a décidé de retirer ce point du programme d'armement 2004.

Celui-ci ne devrait donc être devisé qu'à 518 millions de francs au lieu des 647 millions demandés par le gouvernement.

C’est ce qu’a indiqué le vice-président de la commission, Hermann Bürgi (Union démocratique du centre) jeudi devant la presse. Ajoutant que, dans une motion, la commission enjoint le Conseil fédéral de présenter rapidement un rapport.

swissinfo et les agences

Faits

L’armée va fermer 25 sites de la base logistique (arsenaux et parcs), dont 7 partiellement.
Seront maintenus les aérodromes de Payerne (Vaud), Sion (Valais), Meiringen (Berne), Locarno (Tessin) ainsi qu'un site à choisir entre Alpnach (Obwald), Buochs (Nidwald), Dübendorf (Zurich), Emmen (Lucerne) et Mollis (Glaris).
Les quatre non retenus devront fermer.

Fin de l'infobox

En bref

- Le Département fédéral de la défense (DDPS) va supprimer 1100 emplois d'ici 2005 et 2500 d'ici 2010, du jamais vu à la Confédération.

- Berne est le canton le plus touché.

- Le DDPS appliquera le plan social de la Confédération et a instauré un «Job Center».

- Annoncée en février par Samuel Schmid, la restructuration a commencé il y a deux mois.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.