La direction de Credit Suisse renonce à une partie de ses bonus

 Toute l'actu en bref

Tidjane Thiam, le directeur général de Credit Suisse a perçu au total 11,9 millions de francs l'an dernier, contre 18,9 millions en 2015, montant qui comprenant une prime de bienvenue de 14,3 millions (archives).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

Face aux critiques portant sur ses rémunérations, la direction de Credit Suisse lâche du lest. Elle propose au conseil d'administration du numéro deux bancaire helvétique de renoncer de manière volontaire à 40% de ses bonus, soit 20 millions de francs.

Depuis la publication de plusieurs rapports de sociétés de conseils aux actionnaires appelant ces derniers à refuser le rapport sur les rémunérations lors de l'assemblée générale du 28 avril prochain, le président du conseil d'administration, Urs Rohner, a engagé le dialogue avec plusieurs propriétaires de l'établissement, a indiqué dans la nuit de jeudi à vendredi Credit Suisse.

Plusieurs actionnaires de Credit Suisse affichent des réserves quant au niveau des rémunérations prévues pour la direction générale au titre de l'exercice 2016, ajoute la banque. Pour mémoire, les directeurs généraux ont touché une enveloppe globale de 82 millions de francs, contre 80,2 millions en 2015, y compris le dédommagement de 14,3 millions réservé au patron Tidjane Thiam.

Cette somme était destinée à combler le manque à gagner suite au départ à mi-2015 du Franco-Ivoirien de l'assureur britannique Prudential pour rejoindre Credit Suisse. L'an passé, M. Thiam a perçu au total 11,9 millions de francs, contre un montant de 18,9 millions un an auparavant.

Deuxième perte consécutive

L'établissement a lui essuyé une perte nette de 2,62 milliards de francs l'an dernier, après un débours de 2,94 milliards en 2015. L'exercice 2016 s'est achevé dans le rouge suite à la condamnation fin 2016 de Credit Suisse à verser 5,3 milliards de dollars d'amende et dédommagements aux Etats-Unis pour avoir vendu avant la crise financière de 2007-2008 des produits financiers toxiques adossés à des crédits hypothécaires.

Le conseil d'administration a pour sa part décidé de maintenir sa propre rémunération au niveau de 2015 et 2016 et de renoncer à l'augmentation prévue pour cette année. L'organe de surveillance proposait aux actionnaires d'approuver un montant maximal de 12,5 millions de francs pour la période allant jusqu'à l'assemblée générale ordinaire de 2018.

L'an dernier, la compensation du président du conseil d'administration Urs Rohner a été remontée à près de 4 millions de francs, contre 3,2 millions en 2015. L'ensemble du conseil d'administration a empoché près de 11 millions, contre un peu moins de 9,9 millions un an auparavant.

Pour mémoire, plusieurs sociétés de conseils aux actionnaires, dont ISS, Glass Lewis et la fondation genevoise Ethos, ont notamment recommandé le rejet du rapport sur les rémunérations, ainsi que la compensation du conseil d'administration et les bonus de la direction. Celles-ci jugent les montants trop élevés au regard des deux lourdes pertes subies en 2015 et 2016.

Ethos veut un nouveau président

Vendredi dernier, Ethos avait recommandé aux actionnaires de Credit Suisse de s'opposer à la réélection de plusieurs membres du conseil d'administration, dont le président, et à la décharge de l'organe de surveillance. La fondation genevoise refuse également la rémunération des responsables du groupe et le dividende proposé.

"Ethos recommande des changements à la tête de la banque suite aux nombreux contentieux juridiques dont l'établissement fait l'objet depuis une dizaine d'années, aux montants énormes des dédommagements et des amendes payées, ainsi qu'en raison du manque de vision stratégique du conseil d'administration", avait détaillé la fondation dans un communiqué.

ISS soutient en revanche le dividende proposé et la réélection du président du conseil d'administration Urs Rohner ainsi que celle des autres administrateurs. Glass Lewis s'oppose elle aux propositions pour le bonus de la direction générale, à la rétribution du conseil d'administration ainsi qu'au rapport de rémunération.

En revanche, le fonds Harris Associates, un des principaux actionnaires de Credit Suisse, votera en faveur de toutes les propositions du conseil d'administration, avait déclaré son chef des investissements lors d'un entretien.

ATS

 Toute l'actu en bref