Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La drôle de valse de l'euro, du dollar et du franc suisse

Le dollar en vole pas très haut mais une chute libre n'est pas encore envisagée.

(imagepoint)

Longtemps occulté par la force de l'euro, le thème de la faiblesse du dollar prend de l'ampleur en Suisse depuis quelques jours.

La semaine dernière le dollar a atteint son niveau le plus bas historique par rapport au franc suisse. Les deux monnaies s'échangent actuellement presque à l'identique.

Le temps semble bien lointain où un dollar valait encore jusqu'à 4 francs suisses. Ce n'était pourtant qu'en 1972. Puis le fameux billet vert a perdu bien des plumes pour s'échanger contre 1,5 franc suisse. Cette perte subite de valeur avait d'ailleurs engendré un certain chaos.

Depuis 1973, les taux de change flexibles engendrent de grandes fluctuations sur le marché des devises, principalement concernant le dollar. Et depuis le milieu de l'année dernière, la perte de valeur du dollar est continue.

Les experts justifient cet état de fait par la crise des crédits à risque - et la crise bancaire en général - qui frappe les USA. Tous craignent d'ailleurs un affaiblissement de la croissance américaine et cela à moyen terme.

Un statut de valeur sûre

En revanche, ces derniers ne sont pas unanimes sur le futur rôle du franc suisse au niveau international.

L'analyste financier bernois Lorenz Burkhalter de Swiss Market impulsion AG estime que le franc suisse est le grand gagnant de la crise des petits crédits aux USA: «Il profite de son statut de valeur sûre.»

La parité entre le dollar et le franc suisse est donc en ligne de mire. Toutefois, Lorenz Burkhalter estime que le dollar est actuellement sous-évalué.

De son côté, Alessandro Bee de la banque Sarasin voit sur le moyen terme les choses légèrement différement. «Le franc suisse a perdu son statut de valeur refuge car l'euro est devenue une monnaie très forte et très sûre». Reste qu'en période de crise, tout peut changer rapidement.»

Toujours selon Alessandro Bee, le dollar devrait «quelque peu s'apprécier» dans un avenir proche et l'euro s'affaiblir temporairement l'an prochain.

Dans les zones euro et franc, l'année 2008 sera vraisemblablement caractérisée par une plus forte inflation que dans la zone dollar.

«La croissance économique aux USA va ralentir et cela va engendrer une baisse de l'inflation, affirme Alessandro Bee. En Europe, l'inflation va par contre continuer de grimper après deux ans de très forte croissance.»

Les matières premières négociées en dollar

Reste que la faiblesse relative du franc par rapport à l'euro rend les importations en provenance de l'Union européenne (UE) plus onéreuses pour les consommateurs helvétiques. Un renchérissement en partie compensé par la faiblesse du dollar.

De manière générale, les matières premières et les produits bruts sont concernés par cet «effet» du dollar.

Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne le pétrole. La majoration des prix du mazout, du diesel et de l'essence a été en partie amortie par la faiblesse du dollar par rapport au franc suisse.

Tourisme : effet contraire

Dans le secteur touristique, la faiblesse du dollar permet aujourd'hui à de nombreux Suisses de s'offrir des voyages outre-mer. Le «Christmas shopping» à New York serait même devenu un must à l'heure actuelle pour un certain nombre d'entre eux.

D'un autre côté, les touristes américains sont moins enclins à venir passer des vacances en Suisse.

«En théorie, c'est juste», affirme Roland Aeppli de l'Institut de recherche conjoncturel KOF de l'Ecole polytechnique de Zurich. «La faiblesse du dollar n'empêche pas de plus de plus de touristes issus des pays émergents à venir passer du temps en Suisse».

Les lits d'hôtels laissés vacants par les hôtes habitués à payer en dollars sont désormais réservés par des touristes de la zone euro. Pour eux, les vacances de ski en Suisse sont en effet devenues beaucoup plus attrayantes que par le passé.

Selon Roland Aeppli, les nuitées des hôtes de l'UE ont augmenté de près de 20% depuis 2003. Dans le même temps, le franc suisse a cédé près de 20% à l'euro.

swissinfo, Alexander Künzle
(Traduction et adaptation de l'allemand: Mathias Froidevaux)

Baisse du dollar

A l'heure actuelle, le dollar s'échange contre 1,10 franc suisse.

La semaine dernière, le dollar a même atteint son plus bas historique face au franc suisse en s'échangeant à 1,096 FS.

Les raisons financières de la baisse du dollar sont étroitement liées aux prévisions à la baisse des taux d'intérêts pour les investissements en dollars. En cette période d'incertitude, la Banque centrale américaine (Fed) ne va pas augmenter les taux d'intérêts.

Ceci se répercute sur les retours sur investissement en dollars et affaiblit la monnaie.

Des raisons liées à l'économie réelle peuvent aussi être invoquées. Le déficit enregistré de la balance des transactions courantes des USA reste élevé ce qui force les USA à combler l'endettement par le biais de financements étrangers.

Ces facteurs affectent également la confiance dans le dollar.

Fin de l'infobox

Dollar, euro et franc

Les effets des taux de change sur les intérêts de l'économie, des banques et des consommateurs suisses ne sont pas uniformes.

L'économie, et en particulier le secteur industriel, préfère un franc faible par rapport à l'euro. Ceci favorise en effet les exportations, et par conséquent améliore la situation conjoncturelle et du taux d'emploi. Un franc fort face au dollar permet d'abaisser le coût des importations.

Pour le banques, un franc fort renforce la place financière helvétique et incite à l'acquisition de titres en francs.

Les consommateurs voudraient au contraire un franc fort face au dollar et à l'euro. Une monnaie forte permet en effet de disposer d'un pouvoir d'achat plus important.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.