Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La fumée des autres tue

La fumée accélère le rythme cardiaque et diminue l'alimentation en oxygène.

(Keystone)

Jeudi, journée mondiale sans tabac. Plusieurs manifestations sont organisées en Suisse pour dénoncer la fumée passive. Qui irrite, provoque des maux de tête et des nausées. Et qui, à long terme, peut augmenter les risques de développer un cancer.

«La fumée des autres tue. Disons-le clairement.» Le slogan lancé par l'Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT), à l'occasion de la journée sans tabac le 31 mai, est sans détour. Fumer fait du mal. Fumer involontairement aussi.

La fumée accélère le rythme cardiaque et diminue l'alimentation en oxygène. A long terme, les personnes qui vivent quotidiennement dans une atmosphère enfumée présentent un risque plus élevé de développer un cancer ou des maladies cardiaques.

Les enfants sont tout particulièrement exposés, dénonce encore l'AT. Leurs poumons sont plus petits et leur système de défense immunitaire n'est pas encore complètement développé. Le tabagisme a donc des effets plus graves sur eux.

Ces dix dernières années, la protection contre la fumée passive s'est développée. Sur la place de travail, une disposition légale oblige l'employeur à respecter le non-fumeur. Et de nombreuses entreprises introduisent elles-mêmes des réglementations internes.

Dans les lieux publics, les espaces non-fumeurs se sont multipliés. Mais pas assez semble-t-il. Selon une enquête présentée en novembre 2000 par l'Université de Bâle, 61% de la population se dit incommodée par la cigarette au restaurant. C'est seulement 6% de moins que dix ans plus tôt.

Dernier domaine: le privé. «Là, bien sûr, impossible de légiférer, il faut donc augmenter la sensibilisation», explique Verena El Fehri, directrice de l'AT. C'est important puisque c'est l'endroit où les enfants passent le plus de temps.

Jeudi, des manifestations sont organisées dans toute la Suisse sur le thème de la fumée passive. «Nous ne voulons pas culpabiliser les fumeurs, nous voulons qu'ils soient informés», commente Verena El Fehri. Sur une note plus positive, les organisations de lutte contre le tabagisme lancent également un concours national «Quitter la cigarette et gagner 5000 francs».

Alexandra Richard


Liens

×