Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La grève n'a pas plombé Swissmetal

A Reconvilier, les employés de Swissmetal/Boillat ont été en grève pendant 30 jours au début de l'année.

(Keystone)

Malgré un débrayage historique de 30 jours dans son usine de Reconvilier dans le Jura bernois, Swissmetal s'en sort bien, même très bien, au 1er semestre 2006.

Grâce à l'acquisition de l'Allemand Busch-Jaeger, son chiffre d'affaires a augmenté de 53% par rapport à la même période de l'an passé. Son bénéfice net a progressé de 23%.

Le chiffre d'affaires du groupe soleurois a progressé de 53% pour atteindre 157,3 millions de francs. Le bénéfice après impôts s'est élevé à 3,1 millions de francs, en hausse de 23%.

Vu les circonstances, ces résultats sont satisfaisants, a relevé mardi à Zurich Martin Hellweg, le patron du groupe sis à Dornach et spécialisé dans le cuivre et les alliages de cuivre.

Depuis le début de l'année, l'évolution de la conjoncture dans la branche a permis de stimuler la demande sur le marché, a souligné mardi dans un communiqué le groupe métallurgique, basé à Dornach.

En même temps, les prix des métaux ont atteint des sommets historiques, ce qui pose un défi particulier à l'entreprise en ce qui concerne le préfinancement des métaux.

L'augmentation du chiffre d'affaires s'explique également par l'acquisition de l'entreprise allemande Busch-Jaeger Metallwerk GmbH.

S'agissant de la valeur ajoutée du groupe, c'est-à-dire le chiffre d'affaires brut moins le métal à son coût standard, elle a atteint 63,1 millions de francs, soit une augmentation de 7,4 millions de francs (13%) par rapport à l'année précédente.

Coût de la grève

La marge brute a progressé de 19% pour atteindre 68,5 millions de francs. Ce résultat correspond également au bénéfice de six millions provenant des ventes de métaux à partir du stock, relève l'entreprise.

Les coûts ont été influencés par l'acquisition de Busch-Jaeger Metallwerk ainsi que par les charges supplémentaires résultant directement de la grève.

Globalement, le groupe estime que la charge du conflit de travail ayant affecté le résultat d'exploitation est de quatre à cinq millions de francs pour les six premiers mois de l'année.

Mais Swissmetal a néanmoins réalisé un résultat opérationnel avant amortissements de 13,3 millions, contre 9,1 millions l'année précédente.

Comparé au 31 décembre 2005, le total du bilan du groupe a augmenté de 49,5 millions pour atteindre 212,3 millions de francs. Cette augmentation s'explique essentiellement par l'acquisition de Busch-Jaeger Metallwerk, relève encore Swissmetal.

«Visages souriants»?

Evoquant le conflit social qu'a traversé Swissmetal, Friedrich Sauerländer, président du conseil d'administration, a estimé que l'essentiel est que les propositions de l'expert industriel Jürg Müller puissent être mises en œuvre.

A ce titre, des progrès ont été accomplis et à après la pause estivale, des «visages souriants» sont réapparus, a observé Martin Hellweg.

Mais il faudra encore du temps, soit entre une et deux années, avant que la situation se normalise sur le site du Jura bernois. Et le président de Swissmetal de réaffirmer l'engagement du groupe à développer son usine de Reconvilier. Rien n'a changé en la matière. La stratégie est juste et les résultats le démontrent, a affirmé Friedrich Sauerländer.

Optimisme

Les investissements ont fortement progressé durant les six premiers mois de l'année, en raison des acquisitions et de l'investissement dans la nouvelle presse à extrusion sur le site de Dornach.

Swissmetal se montre optimiste pour le second semestre de l'année. La conjoncture continue à évoluer de manière positive et la situation sur le site de Reconvilier s'est stabilisée, assure la direction.

De ce fait, le groupe part du principe que la situation du marché et les performances resteront satisfaisantes dans la suite de l'exercice 2006.

swissinfo et les agences

Le conflit

- 16 novembre 2004: le personnel de Swissmetal-Boillat débraie durant dix jours pour protester contre le licenciement du directeur du site.

- 25 janvier 2006: le personnel reprend la grève. Il s'oppose aux restructurations annoncées fin 2005 par la direction.

- 9 février: l'industriel à la retraite Rolf Bloch est nommé médiateur.

- 23 février: le personnel vote la suspension de la grève. Le travail reprend une semaine plus tard. La médiation est ouverte.

- 24 mars: alors que la médiation est en cours, Swissmetal supprime 111 postes de travail à Reconvilier.

- 4 avril: le médiateur annonce la désignation d'un expert indépendant, pour étudier le maintien de la totalité du site.

- 15 juin: le rapport de l'expert, Jürg Müller, est approuvé par le syndicat Unia et la direction de Swissmetal. Il préconise notamment le réengagement de 35 des 111 personnes licenciées. Le personnel se distancie et fait des contre-propositions.

- 15 juillet: Le président de la délégation du personnel est jugé persona non grata par Unia. Son expulsion accroît les tensions entre le syndicat et le personnel.

- 22 août: Swissmetal annonce un chiffre d'affaires en hausse de 53% et un bénéfice en hausse de 23%.

Fin de l'infobox


Liens

×