La hi-tech romande dans la tourmente

Suspension à la bourse suisse du titre de 4M, le fabricant de machines de production de CD et de DVD. Keystone

Interwage, 4 M, U.S. Robotics, Silicon Graphics. Contrecoup du marasme sur le marché mondial des semi-conducteurs, les mauvaises nouvelles et les suppressions d'emplois dans des firmes romandes de haute technologie se succèdent. Et ce n'est pas fini.

Ce contenu a été publié le 09 août 2001 - 11:22

La firme genevoise Interwage, qui a développé un logiciel de gestion de salaire destiné aux multinationales, vient tout juste d'annoncer le licenciement de ses 50 collaborateurs.

Pratiquement au même moment, à Nyon, la filiale suisse du fabricant américain de modems U.S. Robotics met la clé sous le paillasson. Et cela, un an et demi seulement après s'être installée sur les bords du Léman. Une quinzaine d'emplois passent à la trappe.

Quelques jours plus tôt, c'était le groupe informatique californien Silicon Graphics qui annonçait la fermeture de son site de production de Cortaillod, dans le canton de Neuchâtel. D'ici à la fin de cette année, 300 postes seront supprimés dans cette usine, qui était le principal objet de fierté de la promotion économique neuchâteloise.

Investisseurs découragés

Et la valse des mauvaises nouvelles continue. Pour preuve, à Yverdon, 4M - le fabricant de machines de production de CD et de DVD - a demandé ce lundi la suspension de sa cotation à la Bourse suisse pour deux jours.

Ici, quelque 180 emplois sont menacés. Confrontée aux surcapacités qui existent dans son secteur et dans les chiffres rouges depuis l'an dernier, 4M est pénalisée, comme les autres firmes, par les incertitudes du marché informatique mondial qui découragent de potentiels investisseurs de renflouer les entreprises en détresse.

La Suisse, qui s'était fait un devoir d'attirer des entreprises de haute technologie, subit donc directement les effets du marasme qui règne depuis un an environ sur le marché des semi-conducteurs.

Aux Etats-Unis, un peu plus d'un tiers des 206 000 emplois supprimés au mois de juillet l'ont été dans le domaine de la haute technologie et des télécoms.

Vers une reprise?

Si, des deux côtés de l'Atlantique, les pertes d'emplois annoncées sont réelles, les prévisions des spécialistes divergent quant à l'avenir du marché informatique. Les uns sont convaincus que le creux de la vague a été atteint et que les ventes reprendront à la rentrée.

D'autres prédisent, au contraire, que cette reprise sera enrayée par une guerre des prix entre les géants Intel et AMD dans le domaine particulièrement sensible des microprocesseurs.

Cette incertitude fait que chez Interwage comme chez U.S. Robotics, on a décidé de ne pas fermer définitivement la porte. La première mise encore sur l'arrivée d'un repreneur. Et la seconde va maintenir en l'état les structures de sa filiale suisse, n'excluant pas de revenir une fois la bourrasque passée.

Jean Lasar

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article