Navigation

La justice russe vient chercher en Suisse les documents de l´affaire Aeroflot

Boris Berezovsky, un proche de l'ancien président russe Boris Eltsine, est au centre de l'affaire Aeroflot. Keystone

L'enquêteur Nikolai Volkov est attendu la semaine prochaine en Suisse pour y recevoir des dossiers saisis à Lausanne dans le cadre de l'enquête sur des détournements de fonds de la compagnie aérienne Aeroflot.

Ce contenu a été publié le 15 juillet 2000 - 17:10

Dans cette affaire, la Suisse répond à une demande d'entraide judiciaire russe. Moscou soupçonne des responsables d'Aeroflot d'avoir détourné quelque 600 millions de dollars au travers des sociétés lausannoises Forus et Andava.

Le 1er juillet 1999, ces sociétés ont reçu la visite de Carla Del Ponte, alors procureur de la Confédération. De nombreux documents sont saisis et des comptes appartenant à ces entreprises auprès du Crédit Suisse, de l'UBS, du Crédit Lyonnais et du Crédit Agricole Indosuez sont bloqués. C'est notamment le richissime homme d'affaires Boris Berezovsky qui est visé.

La justice russe semble s'intéresser au réseau de sociétés dirigées par ce proche de l'ancien président russe Boris Eltsine. A Lausanne, il fonde en 1992 Forus Leasing et Forus Services. Cette dernière, dotée d'un capital de deux millions de francs, se spécialise dans les opérations commerciales et financières. Les deux sociétés sont initialement domiciliées chez André & Cie, un des principaux courtiers en grains de la planète.

Toujours dans la capitale vaudoise, en 1994, Boris Berezovsky crée la société Andava, dotée d'un capital de 200.000 francs. Celui-ci passe à 2,5 millions deux ans plus tard. La moitié des actions émises est détenue par le groupe André, le reste est en mains de la société bernoise Avva, qui appartient à Boris Berezovsky. Avva, actuellement en liquidation, opérait dans le secteur de l'industrie automobile.

Parmi les administrateurs des sociétés lausannoises, on note la présence de Nikolais Glouchkov, ancien directeur d'Aeroflot. Il est aussi administrateur de la société Ovaco (huit millions de capital), domiciliée à la même adresse bernoise qu'Avva. Cette adresse correspond en fait au bureau d'un avocat d'affaires que l'on retrouve comme président dans les sociétés de Boris Berezovsky.

Précisons que depuis l'été 1997, Boris Berezovsky a quitté ses fonctions au sein de toutes ces entreprises suisses et qu'il vient d'être élu député à la Douma. Les responsables de ces sociétés clament leur innocence et démentent avoir commis tout acte illégal. D'ailleurs, aucune enquête n'aurait été ouverte en Suisse.

A Moscou, en revanche, l'affaire suit son cours et, fin juin, le Tribunal fédéral a accepté que la Suisse transmette au Parquet russe quelque 80 caisses de documents saisis lors des perquisitions à Lausanne. Ce sont ces dossiers que Nikolai Volkov va venir récupérer.

Reste à savoir quelles suites la justice moscovite donnera à ce dossier. Le nouveau président Vladimir Poutine semble vouloir pourchasser l'oligarchie. Ces derniers jours, la police fiscale a multiplié les perquisitions et une enquête a été ouverte contre la direction d'Avtovaz, le premier constructeur automobile russe. Or, dans les années 90, cette entreprise a fait la fortune de Boris Berezovsky.

Luigino Canal


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.