Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La locomotive américaine tire l'économie suisse

Le train de la croissance est sur le point de se mettre en marche. (Image CFF)

Le Secrétariat d’Etat à l’économie croit toujours plus en la reprise pour 2004. Vendredi, il annonce tabler sur une progression de 1,5% du PIB.

La conjoncture américaine est capitale pour la croissance. Elle a enregistré d’excellents chiffres au troisième trimestre.

Pour l’exercice 2003, l'économie suisse sera bel et bien en récession. Les services du conseiller fédéral Joseph Deiss envisagent un recul du produit intérieur brut (PIB) de 0,3%.

Ils estiment en effet que la demande intérieure et les exportations n'évoluent que faiblement, ce qui se répercute sur l'emploi.

Par contre, la croissance fera bien son retour l’an prochain. Le seco table comme en août dernier sur une croissance économique de 1,5% l'an prochain.

«C'est avec une certitude grandissante que l'on peut escompter un retour à la croissance en 2004», indique le seco vendredi.

Mais il y a une condition à ce retournement. La reprise économique devra être au rendez-vous dans la zone euro et le franc ne devra pas s'apprécier trop substantiellement.

Sur le front du chômage, les spécialistes du seco sont un brin moins pessimistes qu’auparavant. Ils escomptent un taux de 3,9% et non plus de 4% en 2004.

Phase de reprise

Pour justifier son optimisme mesuré, le groupe d'experts de la Confédération pour les prévisions conjoncturelles constate que l'économie mondiale se trouve en phase de reprise.

Aux yeux des experts, les facteurs de ralentissement durables se rétractent de plus en plus.

Les économistes notent en particulier que les surcapacités accumulées durant le boom des années 90 semblent être graduellement absorbées.

Qui plus est, la politique économique expansionniste de la Banque nationale (BNS) menée depuis le début de 2001 commence à porter ses fruits.

L’essor de l'activité aux Etats-Unis – et l’effet d’entraînement attendu – joue un rôle moteur dans ces espoirs de reprise.

Jeudi, les Etats-Unis avaient annoncé une croissance spectaculaire de l’économie au troisième trimestre.

Chiffre époustouflant

Le produit intérieur brut américain a progressé de 7,2% en rythme annuel. Soit plus du double du trimestre précédent (+3,3%). Et bien au-delà des attentes des analystes (6%).

Cette hausse est la plus conséquente depuis le premier trimestre 1984. «C'est un chiffre époustouflant, aussi parce que chaque secteur ou presque a été en forte hausse», souligne Cary Leahey du groupe Deutsche Bank.

L'annonce de cette impressionnante croissance a pesé sur les fonds d'Etat et soutenu le dollar, mais a laissé Wall Street perplexe jeudi (+1,17%). Les doutes sur la durabilité de la reprise subsistent en effet.

Reste qu’ailleurs aussi, la reprise est à l’ordre du jour. Au Japon, on assiste depuis peu à une évolution étonnamment favorable, estime le seco. Et dans les pays émergents, la dynamique économique s'est renforcée.

La production a enregistré une croissance soutenue et constante dans les pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne. Par contre, la tendance à la stagnation a persisté dans la zone euro.

Et c'est là que le bât blesse. Car l'Europe constitue le principal partenaire économique de la Suisse. Toutefois, une embellie se dessine également pour cette zone, même si elle est freinée par le cours élevé de l'euro, tempère le seco.

swissinfo et les agences

Faits

L’économie américaine a enregistré une croissance de 7,2% au troisième trimestre.

L’effet «dopant» de la reprise aux Etats-Unis se fera sentir sur l’économie suisse.

Le seco raffermit son optimisme et table sur une croissance pour la Suisse en 2004.

Le seco toujours envisage un taux de chômage situé à 3,9% (4% auparavant).

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.