Navigation

La police suisse surprend un diplomate russe en flagrant délit d'espionnage

Un fonctionnaire de l'ambassade de Russie à Berne a été démasqué par la Police fédérale. Mais, bénéficiant de l’immunité diplomatique, l’espion a pu quitter la Suisse.

Ce contenu a été publié le 29 décembre 1999 - 18:27

Un fonctionnaire de l'ambassade de Russie à Berne a été démasqué par la Police fédérale. Mais, bénéficiant de l’immunité diplomatique, l’espion a pu quitter la Suisse.

Cette information, livrée mercredi par l'Office fédéral de la police, n’est que la énième du genre. La Suisse est, semble-t-il, un terrain de chasse prisé par les services de renseignements de plusieurs pays. Il y avait eu, en février 1998, une affaire impliquant des agents du Mossad israélien, surpris alors qu’ils s'apprêtaient à placer sur écoute téléphonique un Libanais domicilié à Köniz, dans la banlieue de Berne. Et puis il y a eu également l’expulsion, en juin 1998, d’un diplomate russe, accrédité auprès de l'ONU à Genève. Le diplomate était en fait un officier de renseignements russe qui utilisait depuis 1994 des informations fournies par un diplomate slovaque sur des questions de sécurité concernant son pays et, indirectement, l'OTAN.

Voilà maintenait une autre affaire à propos de laquelle on dispose pour l’instant de peu d’éléments. On sait que le diplomate travaillait à l’ambassade de Russie à Berne. Il a été surpris lors d'une rencontre clandestine et contrôlé par la police. Mais comme ledit diplomate jouit de l’immunité, une poursuite pénale n’a pu être engagée. Le Département fédéral des Affaires étrangères a, bien sûr, protesté auprès de l'ambassade russe et demandé le rappel du diplomate espion. Une interdiction d'entrée en Suisse a été prononcée contre lui.

Entre-temps, le trop curieux et mystérieux fonctionnaire de l’ambassade de Russie à Berne a pu quitter le territoire helvétique. Quasiment en toute tranquillité.

Jugurtha Aït-Ahmed

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.