La population suisse en légère hausse

A fin 2004, les résidents étrangers représentaient 20,2% de la population totale en Suisse. Keystone

Sur les 7,42 millions d’habitants que compte la Suisse, un chiffre en légère hausse, 1,5 million sont des étrangers. Leur nombre a augmenté de 1,6% en 2004.

Ce contenu a été publié le 07 mars 2005 - 15:50

Si les Allemands et les Portugais enregistrent la plus forte progression, les ressortissants italiens, eux, forment toujours la plus importante communauté étrangère en Suisse.

La population totale a augmenté de 0,7% en 2004 par rapport à l’année précédente. Sans tenir compte des fonctionnaires internationaux et des diplomates, les personnes sans passeport suisse ont augmenté de 1,6%.

La population étrangère en Suisse a ainsi passé de 20,1% en 2003 à 20,2% en 2004, selon les chiffres publiés lundi par l'Office fédéral des migrations (ODM) sur la base du Registre central des étrangers.

Accord bilatéral

L'accord sur la libre circulation passé avec l'Union européenne (UE), en vigueur depuis l'été dernier, continue de se répercuter sur la composition de la communauté étrangère.

Ainsi, les immigrants originaires de l'UE ont augmenté de 2,4%, alors que la hausse n'a été que de 0,6% pour les ressortissants des Etats extra-communautaires.

Les Allemands (+11’228) et les Portugais (+9898) enregistrent la plus forte progression. En revanche, les Italiens, les Espagnols, les Turcs et les ex-Yougoslaves reculent, ce qui confirme la tendance enregistrée ces trois dernières années.

Cela dit, les Italiens (20,1%) occupent toujours la première place du palmarès des dix nationalités les mieux représentées. Viennent ensuite les ressortissants de Serbie/Monténégro (13,3%), les Portugais (10,7%) et les Allemands (9,7%).

En 2004, un peu moins de 37’000 étrangers se sont fait naturaliser. C’est légèrement moins (0,3%) qu’en 2003.

Contrairement à l'ODM, l'Office fédéral de la statistique (OFS) comptabilise aussi les fonctionnaires internationaux et les diplomates. Il dénombre par conséquent 1,525 million d'étrangers, soit 20,6% de la population.

Hausse des naissances

L'immigration n'explique pas à elle seule la croissance de la population globale du pays (+54’200 personnes) enregistrée en 2004. Les naissances ont en effet pour une fois légèrement augmenté.

Quelque 72’500 enfants sont nés en Suisse l'an dernier, contre 71’800 en 2003, selon les premiers chiffres provisoires de l'OFS. Mais l’Office fédéral de la statistique ne va pas jusqu’à parler d'un renversement de la tendance au recul amorcé en 1995.

En 2004, les décès ont aussi été un peu moins nombreux (60’000, soit 3100 de moins qu’en 2003). Cette baisse pourrait être liée à la canicule estivale de 2003, le nombre de morts de juin à août 2004 étant moins important.

Vieillissement de la population

L'accroissement naturel de la population (différence entre les naissances et les décès) atteint ainsi 12’500 personnes. Le solde migratoire (différence entre les étrangers arrivés en Suisse et les personnes qui ont quitté le pays) s'est inscrit à 41’700 personnes (-3%).

Enfin, l'arrivée de nouveaux étrangers, généralement jeunes, ne parvient pas à enrayer le vieillissement de la population suisse. La part des 65 ans et plus a progressé entre 2000 et 2004, alors que celle des moins de 20 ans a reculé, tout comme celle des 20 à 39 ans.

swissinfo et les agences

Faits

Population totale en 2004: 7,42 millions, en hausse de 0,7% par rapport à 2003
Résidents étrangers: 1,5 million (20,2%), en hausse de 1,6%
La communauté italienne est la plus représentée (20,1%), devant les habitants originaires de Serbie-Monténégro (13,3%) et du Portugal (10,7%)

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article