Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Poste imagine un réseau idéal

La Poste avait annoncé à la mi-janvier son intention de supprimer 700 à 900 bureaux

(Keystone)

La réforme des bureaux de poste dans les villes se précise. Sur la base de Zurich, La Poste a présenté jeudi un modèle théorique de réseau urbain. Une méthode qui sera aussi appliquée, dès cette année, à d'autres grandes villes du pays, comme Lausanne et Genève.

L'exemple zurichois est le résultat d'une analyse fondée sur neuf critères. L'objectif est d'identifier «sur une base scientifique la localisation théorique optimale de chaque office», comme l'explique le communiqué de presse du géant jaune.

Ainsi, le réseau idéal est celui qui permet d'accéder à un office en 5 à 10 minutes en utilisant les transports publics. Les besoins des personnes âgées et handicapées sont également pris en compte.

A Zurich, l'analyse montre que 24 des 46 offices postaux de la métropole alémanique répondent à ces critères. Neuf nouveaux bureaux devraient en outre être ouverts.

«Le réseau des offices postaux dans les villes est basé sur des structures datant du XIXe siècle, et il s'est richement étoffé durant les années», a observé le directeur général Ulrich Gygi. Or, ce «rembourrage» ne répond pas aux justes besoins de la clientèle.

Pour la ville de Zurich, le modèle présenté jeudi permettrait une économie de 6 millions de francs par an. Revers de la médaille, une trentaine de postes à temps plein passerait à la trappe.

Ce modèle n'est toutefois pas définitif. Il prendra une forme concrète dans les mois à venir, et ceci en étroite collaboration avec les autorités municipales et les syndicats.

L'institut privé mandaté par La Poste doit maintenant passer au crible 17 autres villes suisses. Sur l'ensemble de ces villes, des économies de 40 millions pourraient être obtenues.

Genève, Lausanne, Bâle, Berne, Lucerne, St Gall et Lugano seront encore analysées cette année. Toutes ces études serviront ensuite de base de discussion.

Pour mémoire, La Poste avait annoncé à la mi-janvier son intention de supprimer 700 à 900 bureaux. Le modèle présenté jeudi permettra de concrétiser cet objectif dans les villes.

Le Syndicat de la communication, pour sa part, s'est déclaré «sceptique» face à ce projet. «L'importance sociale des offices de poste de quartier est grande. La population aurait de la peine à accepter la fermeture de très nombreux offices de poste», a-t-il souligné dans un communiqué.

Le syndicat conteste également l'efficacité économique d'une telle restructuration, qui «risque de se traduire par une réduction du volume des affaires et non pas par des économies, la clientèle choisissant de recourir aux services de la concurrence, dans l'hypothèse où l'on s'aviserait de fermer un quart des offices.»

swissinfo avec les agences

×