La Stratégie énergétique 2050 démarre avec 30 points d'avance

 Toute l'actu en bref

Le premier volet de la Stratégie énergétique 2050 est approuvé à deux contre un, selon le premier sondage SSR.

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Si les Suisses avaient voté il y a deux semaines sur la Stratégie énergétique 2050, ils auraient été 61% à l'accepter. Trente pour cent auraient dit non et 9% auraient été indécis. C'est ce qui ressort du premier sondage SSR publié vendredi.

Le camp du oui se lance ainsi avec une confortable avance de 31 points de pourcentage dans la campagne de votation, note l'Institut de recherche gfs.bern qui a réalisé l'enquête pour le compte de la SSR. Le peuple se prononcera le 21 mai.

Toutes les régions linguistiques adhèrent majoritairement à la Stratégie énergétique 2050. Le oui est plus marqué en Suisse romande (68% contre 18%) et au Tessin (68% contre 21%), légèrement plus faible en Suisse alémanique (57% contre 33%).

La formation de l'opinion est déjà bien avancée, 52% de sondés ayant exprimé une intention de vote ferme. Le camp du oui semble plus déterminé avec 33% contre 19% chez les opposants.

PS/Verts vs UDC

Les électeurs du PS et des Verts sont les plus mobilisés en faveur de la loi. Chez les socialistes, 87% se déclarent absolument/plutôt sûrs de voter pour la loi sur l'énergie.

Les membres du PDC, du PLR et les votants non affiliés se situent aussi majoritairement dans le camp du oui, mais dans une moindre mesure. Au PLR, ils sont 60%. Seule l'UDC se place nettement dans le camp du non. Ils sont 54% à être résolument/plutôt contre la loi, 39% pour, et 7% indécis.

Pour les convaincus, l'argument le plus populaire (73%) concerne l'emploi généré par le recours aux énergies renouvelables. Vient ensuite l'idée d'utiliser les ressources énergétiques locales et renouvelables (61%), puis le renoncement au nucléaire (54%).

Pour les opposants, l'excès de bureaucratie figure en tête (63%) des raisons de dire non, suivi par la crainte de coûts supplémentaires (56%). Seuls 37% des sondés pensent qu'une acceptation de la loi sur l'énergie mettrait en danger l'approvisionnement.

Tendance au oui

L'image de Doris Leuthard joue aussi un rôle dans le choix du vote. Les Suisses qui la trouvent crédible sont à 72% pour ou plutôt pour la loi. Ceux qui pensent le contraire se situent à 59% dans le camp du non.

Pour l'Institut gfs.bern, le premier volet de la Stratégie énergétique a de bonnes chances d'être accepté. Les indécis ne devraient pas renverser la tendance, pas plus que les affiliés du PLR qui changeraient d'avis d'ici le 21 mai.

L'enquête a été réalisée entre le 20 et le 31 mars auprès de 1203 citoyens des trois régions linguistiques. Le taux d'erreur est de +/- 2,9%.

La Stratégie énergétique 2050 vise un tournant vers une Suisse sans énergie nucléaire. Aucune nouvelle centrale ne devrait être construite. L'énergie de l'atome devrait être progressivement remplacée par celle produite par le vent, le soleil, l'eau ou les déchets. La loi adoptée l'automne dernier par le Parlement a été attaquée en référendum par l'UDC et une minorité PLR/PDC.

ATS

 Toute l'actu en bref