Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse, croisement stratégique du trafic européen

Le directeur général de l'énergie et des transports de l'UE Enrico Grillo Pasquarelli plus ouvert sur l'idée d'une bourse du transit alpin.

(Keystone)

La politique des transports de la Suisse - pont géographique entre le nord et le sud de l'Europe – n'est pas contestée. Les signaux en provenance de l'Union européenne sont au vert et l'avenir semble sur de bons rails.

Vendredi lors du Congrès international sur les transversales ferroviaires alpines de Locarno, l'émissaire de Bruxelles a dit que l'UE n'opposerait pas de veto idéologique à l'idée d'une bourse de transit.

Présent à ce rendez-vous, le directeur général de l'énergie et des transports de l'UE Enrico Grillo Pasquarelli a ainsi fait preuve de plus d'enthousiasme qu'il y a deux ans face l'idée d'une bourse du transit alpin.

En 2005, à Sedrun dans les Grisons, le dirigeant italien avait déclaré que ce projet n'était pas compatible avec le droit européen.

Désormais, l'UE affirme certes n'accepter aucune restriction, mais ne pas non plus vouloir opposer de veto idéologique si la Suisse devait limiter le passage des poids lourds sur son territoire.

«L'introduction d'une bourse du transit dépend cependant de la mise au point d'une solution alternative valable», précise tout de même Enrico Grillo Pasquarelli.

Un croisement stratégique

Pour ce dernier, l'importance du Gothard et du Simplon, notamment, fait de la Suisse un lieu stratégique de transit des marchandises et des personnes au niveau continental.

Le directeur de l'énergie et des transports de l'UE a évoqué une mise en service rapide des nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA) et a estimé que «la protection de l'environnement est un argument à faire valoir dans un territoire aussi fragile que celui des Alpes».

En marge de la rencontre internationale organisée à Locarno pour commémorer les 125 ans de la ligne ferroviaire du Gothard, Enrico Grillo Pasquarelli a également anticipé sur le plan d'action (l'UE le publiera fin octobre) de développement du réseau ferroviaire dédié au transport des marchandises.

Ainsi, sur l'axe Rotterdam – Gênes (par Bâle), l'objectif est par exemple de doubler les volumes transportés d'ici 2020 en augmentant la ponctualité de 26% et en diminuant le parcours de 20%.

Sur l'axe Anvers-Lyon (par Bâle), l'objectif et d'augmenter de 55% les volumes transportés – toujours d'ici 2020 – en diminuant les temps et les parcours de 15%.

«Sur l'axe Rotterdam-Gênes, si elles sont adoptées de manière coordonnée, ces mesures permettraient de transférer de la route au rail 28 milliards de tonnes/kilomètre par année. Ce qui équivaut au passage d'un camion de 26 tonnes, toutes les 37 secondes, 24 heures sur 24 et chaque jour de l'année sur ces 1300 kilomètres», conclut le fonctionnaire européen.

L'importance du Gothard

La dernière journée du congrès international consacré aux NLFA a également fait le point, vendredi, sur les conséquences de la nouvelle ligne du Gothard pour le Tessin et la Lombardie.

Le responsable des infrastructures de la Région Lombardie, Raffaelle Cattaneo, a assuré que l'axe du Gothard était «primordial» pour l'Italie du nord. «Pour autant que la Suisse s'engage à réaliser la ligne ferroviaire jusqu'à la frontière», a-t-il précisé.

swissinfo et les agences

Infrastructure ferroviaire

Le gouvernement suisse propose au Parlement d'approuver un projet de renforcement de l'infrastructure ferroviaire avec un montant de 5,2 milliards de francs.

Les 30,5 milliards prévus à la base pour les projets de la «Vision globale FTP» seront accompagnés d'environ 1 milliard supplémentaire.

Un crédit de planification de 40 millions servira à créer les bases nécessaires pour examiner et éventuellement réaliser les options d'agrandissement demandées par les cantons et d'autres grands projets.

Fin de l'infobox

Les coûts d'Alptransit

Les coûts totaux des deux nouvelles liaisons ferroviaires alpines (NLFA) étaient initialement évalués à 14,7 milliards de francs. Au fil du temps, ce coûts ont été revus à la hausse et pourraient atteindre 20 milliards (prix de 1998). Ceci permet de fournir une contribution fondamentale au transfert de la route au rail.

Le tunnel du Gothard sera le plus long du monde (57 km). Prévue initialement pour 2011, son ouverture est désormais annoncée pour 2018 au plus tôt. Quant au tunnel du Lötschberg (34,6 km), il a été inauguré le 15 juin dernier.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.