Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse au secours de la réforme de l'ONU

La 61e session s'est tenue du 14 mars au 22 avril à Genève.

(Keystone)

La Suisse invite une soixantaine d'Etats pour discuter des projets de réformes de l'ONU sur les droits de l'homme. La rencontre aura lieu le 2 mai à Lausanne.

Berne s’est par ailleurs félicité de la session de la Commission des droits de l’homme qui s’est achevée vendredi à Genève.

«Avec cette initiative, la Suisse souhaite jouer les facilitateurs, a affirmé l’ambassadeur Blaise Godet, représentant de la Suisse auprès des Nations Unies à Genève. Elle n'appartient à aucune alliance, elle peut servir de point de rencontre et en même temps garder ainsi un oeil sur les incidences des réformes sur Genève.»

Cette initiative s'explique par le fait que le projet de créer un Conseil restreint des droits de l'homme, destiné à remplacer la Commission, est une idée suggérée initialement par le professeur bernois Walter Kälin dans une étude sur la réforme de l'ONU, avant d'être reprise par Kofi Annan, a encore expliqué Blaise Godet. La réunion de Lausanne devrait créer un groupe de travail.

Réactions prudentes

Il a noté que, pour l'instant, les réactions aux propositions de Kofi Annan sont prudentes, avec des réserves plus marquées côté africain et asiatique. «On ne voit pas encore dans quelle direction on se dirige», a affirmé Blaise Godet, estimant que Kofi Annan a «surpris» lorsqu'il a demandé, le 7 avril, rapidement une décision de principe.

La Suisse soutient l'idée d'un Conseil des droits de l'homme de même niveau que le Conseil de sécurité, a indiqué l'ambassadeur.

«Les droits de l'homme sont un facteur-clef de stabilité. La Suisse trouve positif l'idée de réunir ce Conseil plus fréquemment», a résumé l'ambassadeur.

Accord sur le Népal

Dressant le bilan de la session de six semaines de la Commission (CDH), la délégation suisse s'est félicitée de l'adoption d'une résolution sur le Népal, à la suite d'un accord conclu le 10 avril entre la Haut Commissaire Louise Arbour et Katmandou.

«Le Népal a accepté de coopérer et la négociation menée par la Suisse au nom des pays donateurs a été un succès de l'avis général», a relevé le chef adjoint de la délégation Jean-Daniel Vigny.

Le chef de la section des droits de l'homme au Département fédéral (ministère) des Affaires étrangères (DFAE) Wolfgang Brülhart a précisé que la Suisse va contribuer financièrement au déploiement d'observateurs de l'ONU dans le royaume himalayen et étudie l'envoi d'experts.

Une mission du Haut Commissariat aux droits de l'homme doit se rendre au Népal pour faire rapport à Louise Arbour sur l'installation des bureaux de l'ONU. Une réunion des donateurs potentiels est ensuite prévue en mai.

Outre la résolution sur le Népal, la délégation suisse a fait adopter une résolution sur la justice de transition dans les situations d'après-conflit, destinée à aider au rétablissement des capacités judiciaires et administratives.

Succès de la session

La délégation s'est félicitée de la création d'une procédure spéciale sur les droits des minorités, acquise de justesse, et de la création d'un poste de rapporteur spécial sur la lutte antiterroriste, «un des succès de la session».

Elle a également salué «la résolution forte» sur le Soudan. Sur Cuba, Blaise Godet a indiqué que la Suisse a soutenu le texte américain demandant à La Havane de coopérer avec l'ONU, mais n'a pas pu s'associer au texte cubain demandant aux Etats-Unis d'accepter la visite des organes de l'ONU aux détenus de Guantanamo.

«Les Etats-Unis nous ont donné des indications d'une plus grande flexibilité. Ils n'ont pas pris d'engagement formel, mais ils n'écartent pas une visite des rapporteurs spéciaux de l'ONU», sur la base américaine de Guantanamo, a expliqué l'ambassadeur.

De manière générale, Blaise Godet a relevé «une session moins confrontationnelle» que d'autres, en notant que les «points délicats» comme la Chine, la Tchétchénie,le Turkménistan ou le Zimbabwe «ont été évacués».

Seuls quatre pays ont été explicitement condamnés, Cuba, le Bélarus, la Birmanie et la Corée du Nord.

swissinfo et les agences

En bref

- La Suisse a soutenu nombre de résolutions durant cette 61e session de la Commission des droits de l’homme.

- Cela incluait notamment la mise en place d’un rapporteur spécial sur le contre-terrorisme et les droits des minorités.

- La délégation suisse a aidé à obtenir un accord avec le Népal qui a accepté des observateurs de l’ONU sur son sol.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.