Navigation

Skiplink navigation

La Suisse championne du monde de l’innovation

Selon une enquête menée en automne 2008, soit peu avant le début de la crise économique, la Suisse présente la capacité d’innovation la plus élevée au monde. Mais l’écart avec d’autres pays s’amenuise et l’évolution de la conjoncture pourrait avoir des effets négatifs.

Ce contenu a été publié le 08 mars 2010 - 13:58

Les résultats de l’étude, menée par le KOF, le centre de recherches conjoncturelles de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, sur mandat du Secrétariat d’état à l’économie (SECO), révèlent que la Suisse présente l’économie la plus innovante au monde, que ce soit dans l’industrie ou le secteur des services.

La Suisse peut en effet à la fois s’appuyer sur des PME très innovantes et des multinationales qui investissent beaucoup dans la recherche et le développement (R&D). Selon le SECO, de nombreux pays de l’Union européenne (UE), parmi lesquels la Finlande, le Danemark, la Belgique et l’Allemagne, ont toutefois repris du terrain ces dix dernières années. La Suisse a en effet accusé un recul dans les années 90 (industrie) et au début des années 2000 (services) avant de connaître une certaine stabilisation.

Parmi les freins à l’innovation, le manque de personnel qualifié demeure une préoccupation majeure, en dépit de l’immigration importante en provenance de l’Union européenne. L’insuffisance de fonds propres des petites entreprises est un autre obstacle à l’innovation.

Le SECO met également en garde contre les effets de la crise économique , qui pourrait avoir une influence négative sur la capacité d’innovation et donc sur la croissance de l’économie suisse. La prochaine enquête, qui sera menée en 2011, permettra de mieux évaluer les effets de la crise sur le recul de l’innovation.

swissinfo.ch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article