La Suisse dans son Eurofoot des moins de 21 ans

La Suisse va affronter l'Angleterre, le Portugal et l'Italie, détentrice du titre. Keystone

Bien que jouant à la maison, la Suisse n'en demeure pas moins une petite formation. Sa qualification en demi-finale serait un exploit.

Ce contenu a été publié le 15 mai 2002 - 16:30

L'Eurofoot débute jeudi à Lausanne et à Genève. L'occasion pour l'équipe de Suisse de se mettre dans le bain.

«Commencer par jouer contre l'Angleterre, vendredi à Zurich, nous convient un petit peu mieux que le jeu latin explosif et déroutant pratiqué par nos deux autres adversaires, le Portugal et l'Italie, détentrice du titre de championne d'Europe et favorite», déclare Bernard Challandes.

Premier match déterminant

Et le coach national des moins de 21 ans de poursuivre: «ce premier match sera forcément déterminant pour la suite de la compétition. Mais, de toute façon, dans cet Euro, la Suisse devra se hisser à un niveau encore supérieur à ce qu'elle a démontré dans son groupe éliminatoire».

Rappelons que, dans cette phase finale du championnat d'Europe des moins de 21 ans, ce sont les deux premières équipes des deux groupes formés de quatre formations qui seront qualifiées pour les demi-finales.

Après trois jours de régénération en montagne, à Ovronnaz, en Valais, les Internationaux helvétiques de moins de 21 ans ont repris l'entraînement, d'abord à Berne, puis maintenant à Bâle.

Le petit du groupe

«J'aurais préféré que nous puissions nous retirer à la campagne plutôt que de devoir séjourner en ville, fait remarquer Bernard Challandes, mais l'Union européenne de football, l'UEFA, a décidé de placer toutes les formations à Bâle».

Pour Bernard Challandes, la Suisse est «le petit» du groupe. Elle doit donc être prête à se battre au-delà de ses limites pour oser espérer des succès contre ces adversaires, jugés supérieurs. Elle devra ne pas se crisper devant l'importance de l'enjeu et face à l'attente du public suisse.

Sur le plan tactique, la Suisse a visionné ses trois adversaires. Ce n'est pas pour autant qu'elle changera son schéma tactique de base - le 4-4-2 -, modulable selon le jeu adverse et selon les joueurs en forme du moment.

Sur le plan physique, les internationaux fatigués ont droit à un entraînement allégé, alors que ceux qui ont peu joué en championnat sont soumis à une tonification musculaire plus poussée.

La force de la solidarité

Reste que la force de cette équipe de Suisse est son esprit de solidarité. Ce qui n'exclut nullement le rôle prépondérant des leaders comme Cabanas dans la phase de construction et d'organisation, de Frei par sa verve offensive ou encore de Keller dans l'assise de la défense.

La récente défaite de 3 à 0 en match amical devant les Tchèques aurait pu déstabiliser l'équipe de Challandes. «Elle nous a permis de nous reposer de bonnes questions et de retomber un peu sur terre après notre brillante phase éliminatoire». L'excès de confiance est toujours préjudiciable!

Cela dit, le coach national ne veut pas entendre parler de pression supplémentaire sur ses moins de 21 ans, du fait du titre de champion d'Europe obtenu par les moins de 17 ans.

Un niveau très élevé

Conscient du niveau très élevé de cet Euro des moins de 21 ans - véritable antichambre des équipes nationales A -, Bernard Challandes, humble, prudent et quelque peu anxieux, souhaite ressortir de ce championnat d'Europe la tête haute, la conscience tranquille. «Nous devons tout donner, et plus encore»!

D'autant que la Suisse est plus limitée que ses adversaires dans le choix des joueurs, relève l'entraîneur Challandes. «L'Angleterre ou l'Italie, par exemple, peuvent sans problème aligner deux équipe de même valeur».

Mais la Suisse joue à la maison. Avec l'appui de son public. Au Hardturm, elle affronte vendredi l'Angleterre et lundi le Portugal. Puis, le 22 mai à St-Jacques à Bâle, elle joue contre les champions d'Europe italiens. Aux dernières nouvelles, la vente des billets marche fort.

swissinfo/Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article