La Suisse et l'Autriche gardent leur frontière en commun

Ruth Metzler et son homologue autrichien (cravate bleue) au poste-frontière de Gaissau / Rheineck. Keystone

Pour afin combattre la criminalité transfrontalière, des patrouilles «mixtes» sont désormais mises en place à la frontière du Rhin par la Suisse et par l'Autriche. La conseillère fédérale Ruth Metzler et le ministre autrichien de l'intérieur, Ernst Strasser, ont présenté lundi le projet.

Ce contenu a été publié le 19 février 2001 - 16:23

L'essai pilote en cours depuis le 1er février durera quatre mois. Il repose sur l'accord de coopération policière conclu entre la Suisse et l'Autriche. Les patrouilles mixtes ont pour objectif de combattre la criminalité transfrontalière, comme l'immigration illégale et le trafic d'humains ou de drogues.

Les douaniers suisses et autrichiens patrouillent pour le moment une fois par semaine ensemble. Il s'agit dans un premier temps d'apprendre à connaître l'autre côté de la frontière. La collaboration entre les deux corps sera peu à peu intensifiée dans les prochaines semaines, ont indiqué les deux ministres, en visite au passage frontière de Rheineck (SG) / Gaissau (A).

Une fois que l'Autriche aura ratifié l'accord au milieu de l'année, les douaniers et policiers auront la possibilité de poursuivre et d'arrêter les délinquants et les personnes non autorisées à passer la frontière jusqu'à dix kilomètres dans le pays voisin.

Le commandant du corps de gardes-frontière du 2e arrondissement Anton Grab est convaincu de l'utilité des patrouilles communes. Des équipes de quatre à cinq personnes peuvent intervenir plus efficacement que deux ou trois douaniers, et elles bénéficient d'une sécurité accrue, estime-t-il.

La coopération policière avec les pays voisins sur la base d'accords bilatéraux est absolument essentielle pour la Suisse en raison de sa non-appartenance à l'Union européenne (UE), a expliqué Mme Metzler. Pour elle, la nouvelle forme de collaboration avec l'Autriche doit servir d'exemple.

La conseillère fédérale et son homologue autrichien ont décidé d'agender des rencontres tous les six mois, afin d'intensifier la coopération transfrontalière. «Nous visons également une collaboration avec l'Allemagne», a indiqué Ernst Strasser.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article