Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse intensifie son aide au Liban

Après 34 jours de guerre, la reconstruction s'annonce fastidieuse.

(Keystone)

La Suisse veut allouer aussi vite que possible 14,4 millions de francs pour venir en aide aux victimes du conflit au Liban et les aider à retourner dans leurs villages.

Toni Frisch, le délégué à l'aide humanitaire du gouvernement suisse, a présenté le programme 'Retour au village' à l'issue d'une visite de trois jours à Beyrouth.

Ce programme est le point fort de l'engagement helvétique. Il doit soutenir la population du sud du Liban de retour chez elle, certaines localités ayant été complètement détruites durant les hostilités entre l'armée israélienne et la milice chiite du Hezbollah.

Le déminage et le rétablissement des conduites d'eau sont les tâches les plus urgentes.

«Nous travaillons là où les besoins sont les plus grands et où personne d'autre ne s'engage», a déclaré Toni Frisch aux côtés de l'ambassadeur de Suisse au Liban François Barras et du vice-directeur du conseil libanais pour la reconstruction Alan Kordahi.

Zebkin et Kafra

François Barras a, pour sa part, espéré qu'une relation privilégiée s'installe à moyen terme avec les villages qui reçoivent de l'aide suisse.

La Direction du développement et la coopération (DDC) entend notamment remettre en état l'approvisionnement en eau potable dans les villages de Zebkin et Kafra, dans la région de Tyr, ainsi qu'assurer l'accès de la population aux médicaments.

Un expert suisse dans le domaine de l'eau est en train de mettre en place un concept et le premier de cinq containers sanitaires suisses est arrivé vendredi au Liban.

Sous-munitions non explosées

Mais avant de pouvoir entreprendre ces travaux, le territoire doit être 'nettoyé' des bombes à sous-munitions non explosées.

La Suisse contribue aux travaux de déminage des champs et des routes ainsi 'polluées' par l'intermédiaire d'experts envoyés sur place pour aider à la formation des démineurs. L'armée helvétique a en outre mis à la disposition de l'ONU 1300 systèmes de déminage qui doivent arriver à Beyrouth ce week-end.

Selon l'ONU, l'armée israélienne a répandu au Liban au moins 1,2 million de sous-munitions au cours de la guerre avec un taux de raté qui pourrait aller jusqu'à 50%.

Les bombes à sous-munitions sont des engins remplis de petites bombes plus petites que des mines.

Au cours des deux prochaines semaines, le Corps suisse d'aide humanitaire (ASC) veut aussi réparer une cinquantaine d'établissements scolaires ayant subis des dégâts. Les travaux sont effectués par des entreprises de construction locales, a précisé Tony Frisch.

La Suisse contribuera enfin à hauteur d'un million de francs à combattre la marée noire au large des côtes libanaises, a annoncé jeudi le président de la Confédération Moritz Leuenberger. Le plan d'action n'est pas encore établi.

swissinfo et les agences

Faits

Le conflit entre la milice chiite du Hezbollah et Israël a duré 34 jours et s'est terminé le 14 août. Depuis un cessez-le-feu est maintenu.
Selon les estimations des Nations unies, le conflit a fait 1187 victimes civiles, détruit 15'000 maisons, 80 pays et 94 routes.
Le gouvernement libanais estime à 3,6 milliards de dollars (4,5 milliards de francs suisses) les dégâts causés aux infrastructures.

Fin de l'infobox

En bref

Au total 16 millions de dollars US (20 millions de francs de francs suisses) sont affectés à l'aide humanitaire dans la région. 3,2 millions de dollars (4 millions SFr.) ont d'ores et déjà été remis au CICR.

Le 6 septembre dernier, le gouvernement suisse a accordé un crédit complémentaire de 11,5 millions de dollars US (14,4 millions SFr.) en faveur des programmes d'assistance au Liban.

4,5 autres millions de dollars US (5,6 millions SFr.) sont destinés à des programmes pour les personnes dans le besoin dans les territoires palestiniens occupés.

Fin de l'infobox

CICR

Dans un rapport sur ses activités sur le terrain publié vendredi, le Comité international de la Croix-Rouge explique qu'il a participé à garantir l'approvisionnement en eau potable à près de 400'000 personnes dans la périphérie sud de Beyrouth.

Le CICR continue par ailleurs à soutenir les soins médicaux prodigués par la Croix-Rouge libanaise. Elle aide aussi au fonctionnement des services d'urgences.

Le CICR fournit encore aux personnes déplacées et à celles qui restent vulnérables de la nourriture et des biens de première nécessité.

Fin de l'infobox


Liens

×