Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse ne décolle pas, mais reste en course

A l'image de Robbie Keane et Alexandre Rey (à d), Eire et Suisse ne sont pas parvenues à se départager.

(Keystone)

Pour son premier test sérieux en phase éliminatoire de la Coupe du monde 2006, la Suisse a dû se contenter à Bâle d’un 1-1 face à l’Eire.

Difficile de juger aujourd’hui la valeur de ce résultat qui ne lèse personne, mais ne suscite pas non plus l’enthousiasme.

A voir les visages des footballeurs et des dirigeants suisses, le soulagement était de mise mercredi soir au coup de sifflet final. L’essentiel était préservé, l’équipe de Köbi Kuhn, amputée de plusieurs titulaires, décrochait un (bon) nul face à l’Eire et, à défaut de s’imposer à domicile, évitait de mordre la poussière face à des rivaux dangereux.

«Un résultat qui reflète dans l’ensemble le déroulement des opérations», relevait le sélectionneur national. Bien malin pourtant celui qui peut aujourd’hui affirmer si la Suisse a réalisé une bonne ou une mauvaise opération.

Pile…

Côté pile, devant leur public du Parc Saint-Jacques, les Helvètes ont manqué leur premier véritable test, tant le 6-0 réalisé face aux si faibles Iles Féroé ne pouvait servir de référence.

Face à un adversaire irlandais qui leur avait si bien convenu lors de la campagne précédente (Euro 2004), ils ont été cueillis à froid dès la 8e minute par un Clinton Morrison mettant à nu les carences défensives helvétiques.

Le capitaine helvétique en convenait. «Ce n’était pas la meilleure équipe de Suisse, nous avons manqué de fraîcheur», soulignait Johann Vogel. Plus embêtant: le groupe de Köbi Kuhn a abandonné deux points à domicile face à cette Irlande, considérée comme son concurrent direct pour, au moins, la 2e place du groupe, synonyme de qualification ou de barrage pour la Coupe du monde 2006.

… ou face?

Côté face, le tableau n’est pas si sombre. «Nous aurions pu gagner, mais, au moins, nous n’avons pas perdu», lâchait, pragmatique Johann Vogel.

Avec le retour de la diva Roy Keane (vedette de Manchester United), absent de la sélection irlandaise depuis trois ans, avec le remarquable attaquant Damian Duff (Chelsea), avec le meneur de jeu Robbie Keane, les hommes de Brian Kerr n’avaient plus grand chose en commun avec les fantômes d’octobre 2003, balayés par la Suisse à Bâle (2-0)..

Au classement de ce groupe 4 des éliminatoires du Mondial 2006, la Suisse occupe provisoirement avec 4 points la 1re place (grâce à sa meilleure différence de buts), mais à égalité avec l’Eire, la France et Israël.

Un premier bilan ne pourra être effectué qu’après le déplacement en Israël du 9 octobre. Köbi Kuhn l’avait mentionné. «L’idéal serait de débuter cette campagne avec 3 matches et 7 points.» Un succès à Tel Aviv lui permettrait de respecter son plan de marche. Ce n’est qu’à ce moment que la Suisse saura apprécier la valeur de son nul de mercredi soir.

swissinfo, Jonathan Hirsch

Faits

Suisse - Eire: 1-1 (1-1)
Buts : Clinton Morrison (8e) et Hakan Yakin (17e)
Parc St-Jacques de Bâle: 28'000 spectateurs
Prochain match: Israël-Suisse, samedi 9 octobre

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.