Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse parmi les bons élèves de Bologne

Etudes plus scolaires, moins de liberté académique? Les étudiants sont sceptiques.

(Keystone)

La Suisse figure parmi les pays les plus avancés dans l’introduction de la Déclaration de Bologne, la réforme universitaire signée par 45 Etats européens.

Malgré le scepticisme des étudiants, l’harmonisation des systèmes universitaires devrait permettre de créer d’ici à 2010 un espace européen de l’enseignement supérieur de Lisbonne à Vladivostok.

La Suisse est parmi les plus avancés dans la réforme du système d'enseignement supérieur, a indiqué le secrétaire d'Etat à l'éducation et à la recherche Charles Kleiber.

Lors d'une conférence de presse lundi à Berne, ce dernier a tiré un bilan positif du sommet qui s'est tenu jeudi et vendredi à Bergen (Norvège), en présence des ministres de l'Education de 45 pays.

Plus de la moitié des participants ont introduit la nouvelle structure d'études à trois niveaux («bachelor», «master» et doctorat) et près de la moitié des étudiants suivent déjà les cycles réformés.

A noter que le ministre suisse concerné, Pascal Couchepin, a fait le voyage de Bergen. «C'est la première fois que la Suisse envoie un ministre à ces conférences ministérielles», relève Léa Brunner, membre de la délégation de l'Union des étudiant(e)s suisses (unes) à Bergen. Avant d'ajouter que M. Couchepin n'a pas fait d'intervention «très remarquée».

La Suisse à l’avant-garde

La Suisse occupe une «position d'avant-garde» dans cette réforme qui doit aboutir en 2010, a souligné Charles Kleiber.

Les premiers diplômes de bachelor ont été délivrés en 2004 en sciences économiques et en droit. En intégrant dès l'automne 2006 au processus les études de médecine, la Suisse fait également œuvre de pionnier.

Par contre, certains domaines, comme les sciences humaines, restent encore peu touchés par le processus.

A mi-parcours de la réforme, plus de la moitié des étudiants débutant dans les universités suisses sont inscrits dans un cycle de bachelor. En outre, près de neuf étudiants sur dix ayant achevé leur filière bachelor se dirigent vers un master.

140 fillières des HES

Toutes les Hautes écoles spécialisées (HES) passeront au système de Bologne l'automne prochain, a précisé Eric Fumeaux, directeur de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie. Pas moins de 140 filières de niveau bachelor ont déjà été approuvées et une soixantaine sont en cours d'examen.

D'ici 2007, tous les étudiants commençant des études supérieures devraient être passés au système de Bologne.

Le master devrait lui aussi être introduit cet automne dans certaines branches des HES, comme l'architecture. Mais la majorité des formations - entre 10 et 20 selon M. Fumeaux - ne passeront à ce système qu'en 2008, au terme de la première volée du bachelor.

Les autorités suisses sont satisfaites de l’avance de la réforme, dont la réalisation administrative représente un investissement de 30 millions de francs.

Les étudiants restent sceptiques

Les étudiants, surtout ceux des sciences humaines, ne cachent pas leur scepticisme. Comme Pierre-Antoine Bonvin, co-président de l'unes: «Si nous sommes en avance, c’est parce que la réforme a été imposée d’en haut, sans aucun débat démocratique et sans que les étudiants aient été consultés», a-t-il indiqué à swissinfo.

La grande crainte est d’ordre économique. «Beaucoup d’étudiants travaillent pour gagner leur vie. Le nouveau système est plus scolaire et nous craignons que beaucoup n’arrêtent leurs études après le bachelor. De même, le master est censé encourager la mobilité, mais il faut en avoir les moyens», poursuit Pierre-Antoine Bonvin. Qui déplore que le système de bourses «ne suive pas» pour l’instant.

Mais les étudiants ont réussi à se faire entendre puisque des délégations ont été invitées à participer aux discussions à Bergen. «Les ministres ont affirmé qu’ils tiendraient compte des considérations sociales, c’est un progrès, mais Bologne reste un système plus scolaire avec moins de liberté académique», déclare le co-président de l’unes.

En conclusion, pour savoir si la réforme est un succès, les étudiants estiment qu’il faut attendre 2 ou 3 ans. Alors on connaîtra le taux des premiers étudiants titulaires d’un bachelor commencé sous le régime Bologne qui s’inscriront pour un master.

swissinfo et les agences

Faits

Le processus de Bologne a été lancé en 1999 dans la ville italienne avec la signature d’une Déclaration commune par les représentants de 29 pays européens, dont la Suisse.
D’autres pays ont rejoint cet espace universitaire européen qui regroupe maintenant 45 Etats, de Lisbonne à Vladivostok.
La réforme concerne 15 millions d’étudiants en Europe et devrait être achevée pour 2010.

Fin de l'infobox

En bref

- La Déclaration de Bologne vise à harmoniser les cursus et diplômes des universités et des hautes écoles sur le modèle américain.

- Les études suivent 3 phases: le bachelor (3 ans), le master (2 ans) et le doctorat.

- L’harmonisation cherche aussi à favoriser la mobilité des étudiants et la collaboration entre universités.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.