Navigation

La Suisse perd un grand homme

Hommage, mercredi à Berne, à une figure de la diplomatie helvétique, August Lindt, décédé vendredi dernier à près de 95 ans. Restera le souvenir d'un homme qui a lutté en faveur des droits de l'homme et contre le nazisme.

Ce contenu a été publié le 17 avril 2000 - 18:45

Hommage, mercredi à Berne, à une figure de la diplomatie helvétique, August Lindt, décédé vendredi dernier à près de 95 ans. Restera le souvenir d'un homme qui a lutté en faveur des droits de l'homme et contre le nazisme.

Délégué spécial du CICR, ambassadeur, il a aussi été haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés de 1956 à 1960. Mais sa carrière, August Lindt la commence comme journaliste en Asie, en Afrique et au Proche-Orient dans les années 20 et 30.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, il lutte avec d'autres officiers contre toute forme de défaitisme et de compromission avec le nazisme. Il est entre autres cofondateur de l’«Action de résistance nationale».

Son engagement humanitaire international débute dès la fin de la guerre. Il est alors délégué spécial du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à Berlin, puis à Londres. Avant de devenir, en 1953, le premier observateur de la Suisse auprès des Nations unies, à New York.

De 1956 à 1960, August Lindt occupe le poste de haut commissaire de l'ONU aux réfugiés. A ce titre, il s'occupe particulièrement des victimes du soulèvement populaire en Hongrie et du conflit algérien. Il interviendra aussi en 1968/69 dans la guerre du Biafra comme directeur des opérations de secours du CICR.

August R. Lindt passe la fin de sa carrière dans le sérail diplomatique suisse. Ambassadeur aux Etats-Unis, en URSS et en Inde, il contribue également au démarrage de l'aide suisse aux pays en développement.

Sa retraite est active. Témoin du siècle et régulièrement consulté par les médias, il écrit plusieurs livres de souvenirs. Dans les années 80, il soutient le groupe «Asile-Asyl-Asilo» qui s'engage contre le durcissement de la loi sur l'asile. Esprit vif, il aura suivi jusqu'à ses derniers jours l'actualité du monde.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.