La Suisse prête main forte aux Algériens

Le séisme algérien a causé de nombreux dégâts. Keystone

A l'instar d'autres pays occidentaux, la Suisse se solidarise avec une Algérie meurtrie par un séisme qui a déjà fait 1500 morts et plus de 7200 blessés.

Ce contenu a été publié le 22 mai 2003 - 16:11

La Suisse a envoyé 90 spécialistes sur place. Pour prêter main forte aux sauveteurs qui s'activent depuis mercredi soir dans les décombres.

Une cellule de crise de l'Aide humanitaire de la Confédération s'est réunie dans les heures qui ont suivi le séisme.

Par le biais du ministère des Affaires étrangères, une offre d'assistance a aussitôt été transmise via l'ambassade de Suisse à Alger.

Sans attendre le feu vert officiel

Jeudi, en début d'après-midi, la Suisse n'avait toujours pas obtenu le feu vert officiel de l'Algérie.

Mais, sans attendre, un premier détachement de trois collaborateurs de l'Aide humanitaire de la Confédération s'est envolé de Genève pour Alger vers 14h00.

Selon Jean-Philippe Jutzi, ils ont été rejoints sur place un peu plus tard par huit sauveteurs du Corps suisse d'aide humanitaire (deux médecins, trois conducteurs de chiens et trois techniciens), venant de Zurich cette fois.

Ce premier détachement était opérationnel jeudi soir déjà. Il devait commencer des travaux de recherches dans une zone particulièrement touchée à 35 kilomètres à l'est d'Alger.

Et ce n'est pas tout. Toujours selon le porte-parole de la Direction du développement et de la coopération (DDC), 80 collaborateurs de la Chaîne suisse de sauvetage étaient également attendus dans la capitale algérienne dans la soirée de jeudi.

Ce détachement est composé en majorité de miliciens du Corps suisse d'aide humanitaire (sismologues, techniciens, logisticiens, conducteurs de chiens et spécialistes de l'ONU). Il devrait être à pied d'oeuvre dès vendredi matin.

Enfin, d'entente avec le directeur général de SRG SSR idée suisse, la Chaîne du Bonheur a ouvert jeudi son compte en faveur des victimes de la catastrophe.

Communications difficiles

Le tremblement de terre n'a pas épargné la résidence de l'ambassadeur de Suisse à Alger. Selon le ministère helvétique des Affaires étrangères, elle a été très sérieusement endommagée. Au point qu'elle est inhabitable.

De grosses fissures ont été constatées, précise la porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). L'ambassadeur a provisoirement déménagé pour des raisons de sécurité.

Et d'ajouter que les collaborateurs de l'ambassade «vont bien». Mais qu'il est difficile d'en dire plus. En effet, jeudi, les communications avec l'Algérie étaient très difficiles, voire impossibles.

Jeudi, le ministère n'était donc pas en mesure de donner des nouvelles de la colonie suisse qui compte 150 personnes (dont deux tiers de double-nationaux).

A noter qu'une dizaine de ressortissants suisses sont établis dans la zone qui a été le plus durement touchée par le séisme.

5,8 sur l'échelle de Richter

La secousse de mercredi soir a poussé les habitants d'Alger et du département voisin de Boumerdès à sortir de chez eux, en proie à une grande panique, alors que des milliers de personnes étaient ensevelis sous les décombres de leurs immeubles.

Les répliques ont été ressenties régulièrement jusqu'à jeudi dans la matinée. Affolés, terrorisés, les habitants se sont rués, par milliers, hors de leurs appartements.

La plupart ont passé la nuit dans leurs jardins, dans leurs voitures ou même sur le bord des routes.

Le président Abdelaziz Bouteflika s'est rendu jeudi dans le département de Boumerdès, la région la plus touchée.

Une magnitude proche de 6

Le bilan des victimes risque bien de s'alourdir encore. Selon le chef du gouvernement Ahmed Ouyahia, il y aurait encore beaucoup de monde sous les décombres.

La magnitude du premier séisme a été revue à la hausse. D'après le Centre algérien de recherche en astronomie et astrophysique (CRAAG), elle aurait atteint 5,8 degrés sur l'échelle de Richter (qui en comporte neuf).

L'Observatoire des sciences de la Terre de Strasbourg parle, lui, d'une magnitude de 6 sur la même échelle.

Quant au centre mondial de sismologie américain de Denver qui dépend du US Geological Survey, il parle de 6,8.

Une chose est sûre: le séisme de mercredi soir est l'un des plus meurtriers de ces dernières années.

Alger classé zone dangereuse

«A Alger et dans ses environs, les bâtiments ne sont généralement pas construits pour pouvoir résister à une secousse majeure. Par ailleurs, dans cette région la densité de la population est forte, explique à swissinfo Stefan Wiemer. D'où un nombre important de victimes.»

«Cela dit, rappelle le spécialiste de l'Institut de sismologie de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, l'Algérie a connu des tremblements de terre encore plus dévastateurs que celui de mercredi soir. Celui de 1980 a en effet fait davantage de victimes.»

Pour Stefan Wiemer, il est difficile, sinon impossible de prévoir les séismes. «Nous savons seulement quelles sont les zones à risques, dit-il. Celles qui, à l'instar de l'Algérie, sont susceptibles d'être frappées plus fréquemment.»

swissinfo et les agences

Séismes en 2002 et 2003:

- Mai 2003: 176 personnes sont tuées et 500 blessées dans un séisme d'une magnitude de 6,4 sur l'échelle de Richter qui a secoué la province turque de Bingol.

- Avril 2003: Léger tremblement de terre en Suisse (Valais central) de 3,9 sur l'échelle de Richter. Pas de dommages.

- Mars 2003: Une secousse de 4,4 sur l'échelle de Richter secoue le Bade-Wurtemberg (Allemagne). Pas de dégâts.

- Février 2003: Un tremblement de terre secoue toute la Suisse. Sous l'effet de la secousse (5,5) plusieurs bâtiments sont endommagés.

- Février 2003: En Chine, un violent séisme (6,6) tue au moins 257 personnes dans l'ouest de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang.

- Janvier 2003: Un séisme (7,6) frappe le littoral pacifique, dans l'ouest du Mexique, faisant 29 morts et plus de 300 blessés.

- Octobre 2002: En Italie, 30 personnes, dont 27 enfants, trouvent la mort dans le village de San Giuliano di Puglia (centre-est) touché par un violent tremblement de terre (magnitude 5,3).

- Juin 2002: En Iran, un séisme de magnitude 6,3 frappe les provinces de Qazvin et d'Hamedan (ouest) faisant 235 morts et 1300 blessés.

- Avril 2002: Au moins 50 personnes sont tuées dans un tremblement de terre qui secoue la province de Baghlan, dans le nord de l'Afghanistan.

- Mars 2002: Un tremblement de terre (5,8) suivi de plusieurs répliques fait au moins 800 morts et des milliers de sans-abri dans la province afghane de Baghlan.

- Mars 2002: Un violent séisme (6,7) frappe le nord du Pakistan et de l'Afghanistan, provoquant la mort de 70 à 150 personnes dans la province de Samangan.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article