Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse quitte l'Euro, l'affaire Frei continue

La presse aussi a voulu y croire.

(swissinfo.ch)

Unanime, la presse suisse salue ce matin la défaite honorable de l’équipe nationale face à la France, qui met un terme définitif à sa participation à l’Eurofoot 2004.

Mais les journaux alémaniques reviennent aussi longuement sur le fameux crachat et la suspension de l’attaquant Alexander Frei.

De l’avis général des commentateurs, la Suisse n’a pas à rougir de sa défaite 3-1 lundi soir contre le tenant du titre à Coimbra.

«La Suisse a bousculé le coq gaulois», titre Le Matin, qui rappelle que les Rouges «ont longtemps fait jeu égal avec la France, avant d’être rattrapés par la réalité».

«Les Suisses disent adieu avec les honneurs», souligne lui aussi le Tages Anzeiger. Et le Bund rappelle que «l’équipe de Köbi Kuhn a longtemps pu croire à sa qualification pour les quarts de finale».

Vonlanthen superstar



Un grand coup de chapeau également à Johan Vonlanthen, auteur de la seule réussite helvétique de cette campagne portugaise et devenu à 18 ans le plus jeune buteur d’une phase finale de l’Euro.

Vonlanthen en qui La Tribune de Genève voit le probable «futur prodige de l’équipe». Vonlanthen qui pour le Blick fait partie de ces jeunes qui ont «récompensé le courage» de l’entraîneur Köbi Kuhn.

Pour La Liberté, la Suisse «boucle son parcours portugais par une promesse». Mais le quotidien fribourgeois se demande «pourquoi si tard?», pourquoi il a fallu attendre le troisième et dernier match pour voir la Nati «prouver sur le terrain qu’elle avait effectivement sa place dans ce tournoi»?

Préparer l’avenir

«Les Suisses ont pu mesurer ce qui les séparait encore des meilleures nations mondiales», relève 24 heures.

«Face à un adversaire qui intrinsèquement lui est dix fois supérieur, la Suisse a pratiqué un bon football collectif, écrit le quotidien vaudois. Et en rentrant au pays, les joueurs vont se remettre au travail, développer leurs qualité, faire fructifier ce bel acquis».

Car pour l’heure, le bilan strictement chiffré est tout de même maigre: un seul point, un seul but, deux cartons rouges et «la pénible affaire Frei».

Köbi Kuhn pourra toujours se consoler en lisant dans La Tribune de Genève que «la Suisse s’est qualifiée… pour l’Euro 2008». Une boutade évidemment, puisque le pays organisateur est admis d’office.

Grotesque

En attendant, La Liberté relève elle aussi le maigre bilan, émaillé de deux expulsions «aussi stupides que préjudiciables» et le fait d’avoir donné «carrément dans le grotesque avec la lamentable affaire Frei».

Le grotesque, on n’en est pas loin avec la une du Blick, toute entière dédiée au crachat et aux réactions qu’il suscite, sans même une mention du résultat du match contre la France.

Trahi par les caméras de SF DRS, Alexander Frei s’est vu «vengé» par certains de ses collègues, qui ont lancé des rouleaux de papier hygiénique au présentateur de la TV alémanique.

C’est donc en pages intérieures uniquement que le quotidien de boulevard traite de l’aspect strictement sportif de la soirée. Et même, seulement après plusieurs pages et l’intervention d’un psychiatre et de diverses personnalités engagées dans le vaste «débat sur le crachat».

Un débat qui retient d’ailleurs largement plus l’attention de la presse alémanique que celle de la presse romande.

swissinfo, Marc-André Miserez

En bref

- Groupe B:
France-Suisse 3-1, Angleterre-Croatie 4-2.

- En quarts de finale, la France affrontera la Grèce et l'Angleterre rencontrera le Portugal.

- La Suisse et la Croatie rentrent à la maison.

- En trois matches, la Suisse n'a engrangé qu'un point (match nul contre la Croatie), et marqué un seul but, contre la France.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.