Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse se «rassure» contre la Slovaquie

La Suisse retrouve la chemin de la victoire

(Keystone)

A 14 jours du match d'ouverture de l'Euro, la Suisse a battu la Slovaquie (2-0) sur la pelouse du stade du Cornaredo à Lugano. swissinfo analyse cette victoire riche en enseignements avec l'ancien international et entraîneur Umberto Barberis.

Marquer des buts et ne pas en recevoir! Se rassurer en attaque, en défense et.. au milieu de terrain si possible. Gagner! Gagner enfin un match et sortir de la spirale de la défaite entamée face aux Etats-Unis l'an dernier et qui s'est poursuivie (Nigéria, Angleterre et Allemagne) jusqu'au mois de mars dernier.

Voilà, dans les grandes lignes, à quoi devait servir l'avant dernier match test de l'équipe de Suisse contre la Slovaquie. Mission accomplie!

Choisie tant pour son système tactique proche de celui de la Tchéquie que pour sa relative inexpérience à haut niveau, la Slovaquie a joué à la perfection son rôle de 'victime expiatoire'. Mardi dernier, les Slovaques avaient pourtant donné plus de fil à retordre à l'équipe de Turquie qui ne s'est finalement imposée que 1 à 0.

Sur de bons rails

A l'image des Turcs - qu'ils retrouveront à l'occasion de leur second match de l'Euro - les Suisses ont tout de même peiné avant de réussir à passer l'épaule contre la Slovaquie; grâce au Tessinois Valon Behrami (56e) tout d'abord puis à son capitaine Alexander Frei (63e).

En sept petites minutes, les Suisses ont marqué deux fois et fait oublier une première mi-temps poussive avec seulement deux réelles actions du buteur suisse à se mettre sous la dent; dont une sur coup franc.

Mais ces réussites survenues coup sur coup permettent aux internationaux à croix blanche de retrouver goût à la victoire et lance véritablement la campagne 'Eurofoot' sur de bons rails.

Ce d'autant que les Suisses ont réussi à ne pas concéder de buts malgré une ou deux situations chaudes. Une première depuis la victoire (2-0) contre la Jamaïque en mars 2007 et qui coïncide avec le retour aux affaires du défenseur central Patrick Müller.

Le bon retour de Patrick Müller

Blessé durant toute la saison, le Genevois a prouvé qu'il était en pleine possession de ses moyens en dirigeant de main de maître la défense helvétique.

Absent en sélection depuis le match contre l'Argentine du 2 juin 2007, Patrick Müller a fait le choix de quitter son club de Lyon sans permission afin de montrer à Köbi Kuhn qu'il mérite sa sélection et que sa blessure au genou n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Sorti après 75 minutes de jeu, le Genevois a apporté à la défense helvétique la sérénité qui lui faisait défaut depuis des mois.

L'analyse de Barberis

«Je suis impressionné par la prestation de Patrick Müller. Je ne pensais pas qu'il était déjà en si grande forme. Derrière, c'est vraiment le patron. Sa présence a calmé tout le monde et Philippe Senderos en particulier», analyse l'ancien international et entraîneur Umberto 'Bertine' Barberis.

Consultant pour swissinfo durant tout l'Euro, ce dernier estime que «ses qualités à la relance et sa promptitude à faire remonter la défense ont été primordiales».

«Cette victoire donne du crédit à l'équipe et à Köbi Kuhn. La Slovaquie n'est pas un foudre de guerre, mais la victoire est là et le gardien Benaglio a rassuré. Dommage que Behrami et Vonlanthen aient mis autant de temps à jouer juste, dommage aussi que Magnin ne se concentre pas assez sur sa tâche défensive. Mais de manière générale, on sent que les pions essentiels répondent présents. Reste à savoir qui va quitter le groupe.»

Mercredi, Köbi Kuhn livrera en effet la liste définitive des joueurs qualifiés pour l'Euro: conséquence deux éléments devront quitter le groupe.

Après, ce sera le dernier match de préparation face au Lichsteintein vendredi dans le tout nouveau stade de Saint-Gall. Et puis le début de l'Euro, le 7 juin, contre la Tchéquie. Enfin...

swissinfo, Mathias Froidevaux

Lugano et Slovaquie

Face à la Slovaquie, la Suisse a disputé la sixième rencontre de son histoire à Lugano samedi soir. Il s'agissait de la première depuis un match amical contre la Norvège le 29 mars 2000 (2-2).

Les Suisses n'ont jamais perdu au Cornaredo avec un bilan de quatres victoires et deux nuls.

Avant cette victoire face à la Slovaquie, la sélection de Köbi Kuhn restait sur une série de quatre défaites de rang dont la dernière à la fin mars contre l'Allemagne à Bâle (0-4).

Battue 1-0 mardi par la Turquie à Bielefeld, la Slovaquie figure à la 66e place du classement FIFA, soit à dix- huit rangs de la Suisse. La Slovaquie a joué son premier match officiel le 20 avril 1994 (Etat indépendant depuis le 1er janvier 1993).

La Suisse et la Slovaquie ne s'étaient jusqu'ici affrontés qu'à une seule reprise: victoire slovaque (1-0) le 6 août 1997 à Bratislava. Les deux équipes sont désormais à égalité.

Fin de l'infobox

UMBERTO BARBERIS

Né le 5 juin 1952 à Sion en Valais, Umberto Barberis sera le consultant de swissinfo pour les derniers matches de préparation de l'équipe de Suisse ainsi que les rencontres disputées par la troupe de Köbi Kuhn durant l'Euro. Il vous donne aussi rendez-vous sur le Blog VIP de swissinfo où vous pourrez réagir à ses propos très... tranchés.

Meneur de jeu durant sa carrière de footballeur, il a remporté trois Coupe de Suisse (deux fois avec Servette et une fois avec Sion), deux championnats de Suisse (avec Servette), un championnat de France (avec Monaco) et quatre Coupe de la Ligue (avec Servette).

En 1982, il a été élu meilleur joueur étranger du championnat de France.

Il compte 54 sélections en équipe de Suisse (7 buts).

Devenu entraîneur dès la fin des années 80, il a successivement présidé aux destinées de quatre clubs romands : Lausanne-Sport, Sion, Servette et Baulmes.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.