Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse souhaite briller à Milan en 2015

Letizia Moratti, maire de Milan, et Roberto Balzaretti, secrétaire général du DFAE, au moment de la signature.

(TI-Press)

La Suisse a confirmé sa participation à l’exposition universelle de 2015 à Milan. La Confédération, qui est le premier pays à officialiser sa présence, espère aussi resserrer ses liens d’amitié avec la Péninsule dans un contexte politico-fiscal particulièrement tendu.

Les sourires et l’engouement étaient de mise jeudi dernier au Centre suisse de Milan, à l’occasion de la signature de la déclaration d’entente entre les autorités milanaises et la Confédération.

Le document, établi à la demande de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et cheffe du département fédéral des affaires étrangères (DFAE), scelle ainsi officiellement la participation de la Suisse à l’Expo universelle de 2015.

Letizia Moratti, la maire de la capitale lombarde, était visiblement sous le charme des propos élogieux tenus par ses hôtes; le consul général de Suisse à Milan, Massimo Baggi, l’ambassadeur de Suisse à Rome, Bernardino Regazzoni et le secrétaire général du DFAE, Roberto Balzaretti.

 

Liens forts et historiques

Les trois diplomates ont souligné tour à tour la longue amitié qui lie les deux Etats. De son côté, Bernardino Regazzoni a rappelé que «dans le monde, seules la Suisse et l’Italie peuvent se targuer d’avoir l’italien pour langue officielle». Partant, il était «normal et important pour la Suisse d’être le premier pays à annoncer officiellement sa participation à cette véritable aventure», a renchéri Roberto Balzaretti durant son discours.

De son côté, Letizia Moratti a rappelé les domaines dans lesquels la Confédération et la Lombardie collaborent déjà, comme le tourisme et la recherche médicale de pointe, notamment.

La maire a déclaré se réjouir «de pouvoir compter sur un partenaire aussi fiable qui saura aussi mettre en valeur ses secteurs d’activités liés au thème de l’expo, à savoir l’alimentation, dans son acception la plus large, soit de l’industrie agro-alimentaire à la chimie et le développement durable».

 

Petit pommier deviendra grand

Profitant de l’occasion, Roberto Balzaretti a offert un jeune pommier de la variété écologique «Galiwa», développée à l’institut de recherches Agroscope de Changins-Wädenswil (ACW), à Letizia Moratti. Cette dernière a déclaré qu’il n’y avait «pas de meilleur symbole pour illustrer à la fois le thème de l’exposition et l’amitié italo-suisse», a-t-elle dit.

«Cet arbuste sera planté sur un terrain qui, je l’espère, se transformera en une magnifique forêt et surface verte, puisque nous avons demandé à tous les pays hôtes de nous apporter une plante de chez eux».

 

Tensions pour toile de fonds

Mais ni ce présent, ni les manifestations d’amitié de jeudi, n’ont pour autant dissipé les tensions qui opposent Berne et Rome sur le délicat dossier de la double imposition et du secret bancaire.

Alors que la cérémonie touchait à sa fin, dans les rangs helvétiques, certaines langues se déliaient discrètement. Plusieurs représentants de l’économie helvétique ont fait remarquer que «le bras de fer voulu par l’Italie avait assez duré». Il se sont indignés du «refus systématique des autorités italiennes de se mettre à la table des négociations avec la Suisse».

Pour rappel, le gouvernement de Silvio Berlusconi, suivant la volonté du ministre italien des Finances, Giulio Tremonti, maintient la Suisse sur sa liste des paradis fiscaux.

Et bien que les autorités italiennes avaient laissé entendre au début du mois de novembre dernier qu’elles étaient prêtes à signer un accord de double imposition (similaire à celui conclu avec la France), l’impasse reste totale et aucun signe de dénouement n’est perceptible pour l’heure sur le front italien, à en croire plusieurs observateurs. 

 

Le Tessin aux avant-postes

Une situation qui avait aussi causé passablement d’inquiétude sur la place financière de Lugano, la troisième du pays, fortement dépendante de la clientèle italienne. Cette dernière avait rapatrié une partie importante de ses fonds sous gestion au Tessin à l’occasion de la troisième et dernière amnistie fiscale italienne.

Mais aujourd’hui, en voisin directe et quasi enclave géographique en Lombardie, le canton du Tessin veut aller de l’avant. Il n’a d’ailleurs pas attendu la cérémonie de jeudi pour manifester son intérêt pour l’Expo 2015. Le canton italophone espère lui aussi se tailler une part du gâteau dans quatre ans.

Ainsi, le maire de Lugano, Giorgi Giudici, qui a déjà rencontré son homologue milanaise à plusieurs reprises en vue du grand événement, a déclaré devant les caméras de la télévision de la Suisse italienne qu’il était temps que son canton natal «prenne conscience de sa position privilégiée de périphérie positive de Milan».

 

Atouts transfrontaliers

L’influent syndic a aussi fait savoir à Letizia Moratti qu’il souhaitait mettre les infrastructures touristiques, tels que les hôtels, centres de congrès et l’aéroport de Lugano-Agno au service de la manifestation.

La maire de Milan a même ajouté qu’elle souhaitait «également permettre à la ville de Locarno de valoriser son offre culturelle et touristique», notamment à travers son festival de cinéma, et son château attribué à Léonard de Vinci.

Letizia Moratti a conclu en soulignant l’opportunité offerte par Expo 2015 d’accélérer la réalisation de certains projets, comme les travaux de réhabilitation des «navigli», du nom de ces anciens canaux de navigation commerciale, pour permettre de «naviguer du lac Majeur à la lagune vénitienne, via Milan, sans poser pied à terre».

Milano 2015

Un budget global d’environ 25 millions de francs est prévu pour la participation de la Suisse à l’Expo. Il sera vraisemblablement soumis aux Chambres fédérales en 2012.

Quelque 20 millions de visiteurs sont attendus à l’Expo Milan 2015, dont 30% en provenance de l’étranger.

 

130 pays, dont la Suisse, ont été invités à prendre part à la manifestation.

La Chine, l’Inde et la Corée ont déjà manifesté leur intérêt pour participer à l’événement, mais la Suisse est le premier pays à avoir officialisé sa volonté d’être présente avec un pavillon helvétique.

 

«Nourir la planète, l’énergie pour la vie» sera le thème central de l’exposition, décliné sous toutes sortes de formes.

Le choix de Milan comme ville d’accueil pour l’exposition universelle de 2015 a été pris l’an dernier par le «Bureau des expositions» à Paris.

Fin de l'infobox

Galiwa

En guise de cadeau symbolique, la Suisse a offert un jeune pommier de la variété écologique «Galiwa» à Letizia Moratti, la maire de Milan.

Il s’agit d’une innovation mondiale, réalisée par l’institut de recherches Agroscope Changins-Wädenswil ACW.

Parmi les pommes, il manquait jusqu'à présent une variété sucrée et bio capable de résister aux attaques du champignon de la tavelure.

La «Galiwa» semble répondre aux critères imposés: elle est résistante à la tavelure et ressemble au point de vue gustatif et visuel à «Gala»: goût sucré prononcé, faible acidité et robe rouge lumineux.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.