La Suisse veut accueillir la conférence sur l'Afghanistan

Les différentes parties concernées doivent se réunir en terrain neutre. Keystone Archive

Berne a dit à l'ONU son intérêt à héberger la réunion sur la constitution d'un gouvernement afghan avec les parties impliquées.

Ce contenu a été publié le 18 novembre 2001 - 17:20

«Nous sommes prêts à tout faire et au plus vite pour accueillir une telle conférence, a déclaré dimanche Ruedi Christen, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La Suisse a proposé d'organiser la conférence à Genève. L'ONU n'a pas encore fait connaître sa décision.

Le DFAE multiplie les contacts

«Il n'y a eu ni offre officielle de notre part ni demande officielle de la part des Nations Unies», a précisé Ruedi Christen. Mais de nombreux contacts ont été établis en coulisse par le conseiller fédéral Joseph Deiss et sa délégation lors de l'Assemblée générale de l'ONU, il y a une semaine, à New York.

Des représentants des Nations unies et d'une douzaine de pays ont été informés de la disponibilité helvétique. De nouveaux contacts ont eu lieu ce week-end, a précisé le porte-parole, sans donner plus de détails.

L'Alliance du Nord est prête

L'ONU avait lancé vendredi un appel pressant à l'Alliance du Nord pour qu'elle accepte de tenir une conférence réunissant toutes les factions afghanes en terrain neutre. L'Alliance du Nord, qui avait répondu positivement, avait alors dit qu'elle préférait que cette réunion se tienne à Kaboul.

Mais l'opposition afghane a finalement donné son accord pour participer à une telle réunion en Europe. Dimanche, le «ministre des Affaires étrangères» de la coalition qui tient Kaboul, Abdullah Abdullah a répondu positivement à l'ONU.

«Ce sera en dehors de l'Afghanistan. Certains lieux proposés sont acceptables pour nous - l'Allemagne, la Suisse ou l'Autriche», a-t-il dit lors d'une conférence de presse, à l'issue de consultations en Ouzbékistan avec l'émissaire spécial américain James Dobbins. La réunion, pour Abdullah Abdullah, pourrait avoir lieu dès cette semaine. «Il n'y a pas d'obstacle de calendrier en ce qui nous concerne», a-t-il ajouté.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article