Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La valse des patrons suisses

En juin, Juhani Anttila (à droite) a cédé la direction d'Ascom à Rudolf Hadorn.

(Keystone)

La mauvaise conjoncture a fait tomber des têtes, ces dernières années. Et notamment celles de nombreux PDG.

Cela dit, le phénomène touche surtout les entreprises en mauvaise santé.

10,2% des présidents de direction générale des plus importantes sociétés germanophones (Suisse, Allemagne, Autriche) ont perdu ou quitté leur poste, constate le cabinet de conseil aux entreprises, Booz Allen Hamilton, qui s'est penché sur 2500 sociétés.

Et les départs forcés ont atteint un sommet en 2002. Ils ont représenté plus de 39% des départs (tous motifs confondus), contre 25% en 2001, selon l’étude.

«La valse des managers s'accélère», constate Christian Muggli, partenaire dans la société de conseil Egon Zehnder International. En période de morosité économique, les erreurs de management ne peuvent plus être maquillées comme en phase de croissance.

«Aujourd'hui, on ne reste plus passif pendant des années avec une entreprise qui ne marche pas», précise Christian Muggli. Si la performance n'est pas au rendez-vous, les élites sont rapidement évincées.

Limogés!

Dernièrement, les directions de Forbo, SIG, Lonza et Loeb ont ainsi été remerciées en raison de performances insatisfaisantes. Le patron de Forbo a été prié de prendre la porte après six ans de bons et loyaux services.

Chez Lonza, Markus Gemünd a subi les conséquences d'un effondrement des bénéfices du groupe chimique. Quant au patron de SIG, Roman Boutellier, il a dû porter le chapeau pour les pertes enregistrées en 2003.

Autre exemple: celui de la chaîne de grands magasins Loeb. Depuis que François Loeb a donné son congé en juin 2000, la direction ne connaît pas de repos. Les deux managers expérimentés Robert Scherz et Martin Bühler ont été écartés.

Santé de l’entreprise

Le phénomène touche surtout les entreprises en mauvaise santé. Dans des sociétés «solides» comme Nestlé, Roche ou Novartis, les changements sont rares. Et les raisons sont alors multiples. Souvent, un changement intervient à la fin d'une restructuration.

Au Credit Suisse Group, la direction en tandem vient ainsi d'être supprimée. Le contrat de l'Américain John Mack n'a pas été reconduit. Et c’est l'Allemand Oswald Grübel qui est devenu patron unique.

Du côté d'ABB, on est allé débaucher Fred Kindle chez Sulzer. Il remplace ainsi Jürgen Dormann à la tête du groupe qui va, quant à lui, se concentrer sur la présidence du conseil d'administration, après avoir porté la double casquette.

Ascom est également coutumier des changements. Depuis début juin, le Finlandais Juhani Anttila a cédé la direction du groupe bernois au chef des finances, Rudolf Hadorn. Ce dernier est ainsi devenu le sixième patron de la société depuis 1990.

Parachutes dorés

Cela dit, les perspectives pour les patrons licenciés ne sont pas trop sombres. D’abord, les PDG ne partent (presque) jamais les mains vides. Le plus souvent, des parachutes dorés leurs sont accordés.

Ensuite, la majorité retrouve rapidement une place dans une autre société, comme Reto Hartmann transféré de la direction de Valora à celle de Feintool.

Certains s’en sortent moins bien, à l’instar de Philipp Bruggisser, ex-patron de Swissair, qui semble avoir de la peine à rebondir. Reste alors à trouver un chemin parallèle, comme André Dosé, ex-Swiss, qui s'est lancé dans la rédaction d'un livre.

swissinfo et les agences

Faits

En 2003, 10,2% des PDG des 2500 sociétés interrogées (Suisse, Allemagne, Autriche) ont perdu ou quitté leur poste.
En 2004, ce pourcentage devrait encore augmenter, selon le cabinet Booz Allen Hamilton.

Fin de l'infobox

En bref

En période de morosité économique, les erreurs de management ne pardonnent pas.

Les PDG sont de plus en plus souvent limogés. Soit ils obtiennent des résultats, soit ils s’en vont.

En 2002, les départs forcés ont atteint un sommet. Ils représentaient près de 40% des départs (tous motifs confondus).

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.