La Winterthur se renforce dans l'assurance-vie en Grande-Bretagne

Le groupe d'assurances du Credit Suisse Group rachète Colonial UK pour 816 millions de francs. La société britannique sera intégrée aux structures de la Winterthur Life UK et la transaction est soumise à l'approbation des autorités compétentes.

Ce contenu a été publié le 02 mai 2000 - 16:51

En 1999, Colonial UK a encaissé des primes brutes de 645 millions de francs pour des avoirs sous gestion atteignant 12,2 milliards. Elle apporte environ 400 000 clients la Winterthur. Cette filiale de la société australienne Colonial est spécialisée dans le système d'assurance-vie particulier à la Grande-Bretagne car lié à des fonds de placements. Elle emploie environ 600 personnes, mais la Winterthur n’est pas encore en mesure de dire s’il y aura des suppressions d'emplois.

Cet achat s'inscrit dans la stratégie de l'assureur qui cherche à se renforcer dans les affaires visant la constitution de capital, telles que les assurances-vie, les caisses de pension et les assurances-maladie à long terme sur des marchés sélectionnés.

Le groupe helvétique, qui figure parmi les dix premiers du monde, est particulièrement actif en Europe, en Suisse, en Allemagne, en Espagne et en Grande-Bretagne, le troisième marché de l'assurance-vie du monde, où il a déjà racheté en octobre Devitt Insurances Services, par l’intermédiaire de son assureur britannique direct Churchill Insurance. Aux Etats-Unis, il cherche plutôt à augmenter sa rentabilité. Par contre il entrevoit des possibilités de croissance en Europe de l'Est ainsi qu’en Asie.

Avec un volume de primes de plus de 28 milliards de francs et des placements pour 132 milliards, le groupe Winterthur emploie 26 000 collaborateurs, dont 75 pour cent dans une trentaine de pays.

Swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article