Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Lancement d'une procédure de médiation

Première lundi à Zurich: le conseiller fédéral Moritz Leuenberger s’est présenté aux médias avec deux conseillers d’Etat zurichois et les patrons de l’aéroport.

Le ministre a lancé un appel au dialogue, au sein d’une conférence de médiation.

Moritz Leuenberger a lancé lundi un appel à l’abandon des accusations et insultes mutuelles et a présenté les modalités de la procédure de médiation qui sera lancée ces prochaines semaines.

Des «préparateurs» ou «providers» ont été nommés pour contacter tous les participants à cette procédure, qui commencera officiellement le 3 novembre et qui sera financée par la Confédération, le canton de Zurich et l’aéroport de Kloten (Unique).

L’assemblée constitutive pourrait avoir lieu au début de l’année prochaine et ce sont les participants eux-mêmes qui éliront le médiateur ou la médiatrice.

Deux ans, si tout va bien

L’objectif est, d’abord, de recréer la confiance, et ensuite d’obtenir un accord sur les points en suspens.

Moritz Leuenberger a évoqué une durée de deux ans. Car, dit-il, «comme en psychanalyse, il faut savoir mettre des limites». Mais ce délai est jugé optimiste par les professionnels de la médiation.

Exemples à Francfort et Vienne

Selon un article paru mi-octobre dans le quotidien alémanique NZZ, une médiation mise en place en 1998 pour accompagner l’agrandissement de l’aéroport de Francfort avait débouché sur un rapport de médiation en janvier 2000.

Les participants avaient accepté l’agrandissement en échange d’une interdiction de trafic la nuit. Or, celle-ci n’a toujours pas été décidée.

A Vienne, là aussi dans la perspective d’un agrandissement de l’aéroport, une conférence de médiation a vu le jour en 2000, qui a déjà trouvé des compromis sur certains points.

C’est également l’objectif de la médiation helvético-allemande. Si ses participants se mettaient d’accord sur certains éléments, ils pourraient déjà être appliqués avant la fin de tout le processus.

Table ronde: caduque?

Dans les faits, la médiation risque de remplacer la table ronde mise en place par l’aéroport de Zurich après sa privatisation.

Ancrée dans la loi, cette table ronde souffre d’un défaut majeur: la loi prescrit qu’elle soit dirigée par les Zurichois. Un élément qui, selon un spécialiste, aurait fait rapidement fuir les participants allemands.

swissinfo, Ariane Gigon Bormann, Zurich.

En bref

- En 1984, Suisses et Allemands concluent un accord administratif qui prévoit une répartition équitable des nuisances sonores entre Allemands et Suisses.

- Mais les survols du sud de l’Allemagne ne cessent d’augmenter. En 2000, 92% des avions, soit 150 000 appareils, atterrissent à Kloten par le nord.

- Selon les autorités zurichoises, 95% des nuisances sonores globales générées par l’aéroport sont supportées par le canton de Zurich.

- En 2001, un accord étatique avec l’Allemagne est conclu. Il prévoit de plafonner le nombre de survols à 100 000 après un délai de transition.

- En mars 2003, le Parlement suisse rejette l’accord.

- Les Allemands édictent un nouveau règlement qui entre en vigueur le 17 avril 2003. Le survol du territoire allemand est interdit de 21 à 7 heures pendant la semaine et de 20 à 9 heures le week-end et les jours fériés.

- Entre-temps, le nombre de survols autorisés a été réduit de 150 000 à 110 000.

- Prévu pour le 10 juillet, un nouveau tour de vis (diminution des exceptions possibles) est repoussé au 30 octobre.

- C’est également la date de la mise en service de la piste 34 pour des atterrissages par le sud.

- Une procédure de médiation doit être lancée le 3 novembre.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse