Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le cœur et la raison pour le nouveau président du PDC

Adalbert Durrer (à gauche) avec son successeur, Phlipp Stähelin.

(Keystone)

Philipp Stähelin a été élu président du parti démocrate-chrétien à l'unanimité des délégués du parti réunis en assemblée à Wil (SG). Agé de 57 ans, il succède à Adalbert Durrer qui aura passé quatre ans et demi à ce poste. Dans son discours inaugural, Philipp Stähelin a déclaré qu'il voulait gagner les élections fédérales de 2003 avec une politique qui fait autant appel au coeur qu'à la raison.

Selon le nouveau président, le PDC doit se positionner à l'opposé de la rudesse et de la méchanceté, des déboires et des dissensions. C'est avec le cœur et la raison et non des slogans et des discours tonitruants ou en attisant les peurs que le PDC remportera les prochaines élections fédérales de 2003, a déclaré Philipp Stähelin.

Une politique du cœur, parce qu'il faut s'engager pour les plus démunis, une politique de la raison parce qu'il faut trouver des solutions réalisables et durables aux problèmes, au-delà des dogmes et des idéologies, a expliqué M. Stähelin.

La famille sera une des grandes priorités du conseiller aux Etats thurgovien. «Nous voulons que les jeunes suisses aient à nouveau les moyens d'avoir des enfants, et non pas seulement des animaux de compagnie».

Pour cela, il préconise notamment des allégements fiscaux pour les familles des classes moyennes avec le splitting familial, une allocation familiale par enfant et des prestations complémentaires pour les familles à bas revenus.

Deuxième cheval de bataille du nouveau président du PDC, le fédéralisme. «Le PDC veut que la responsabilité soit laissée aux petites communautés: les familles, les associations, les communes et les cantons». Mais il est nécessaire de garantir un équilibre entre les différentes régions, a précisé M. Stähelin.

Dans les domaines de la sécurité sociale et des assurances, il a exprimé ses préoccupations face à la spirale des coûts. Le PDC doit proposer des solutions à long terme, qui n'hypothèquent pas l'avenir des générations futures. Certaines d'entre elles ont déjà rencontré un écho favorable au Conseil national, a-t-il constaté, en référence à la 11e révision de l'AVS.

Pour M. Stähelin, le PDC doit collaborer avec ses partenaires politiques: «avec le PRD, avec la partie de l'UDC qui ne fait pas faux bond à son propre conseiller fédéral, avec la partie du PS prête à assumer une responsabilité gouvernementale».

Il a prôné une politique du centre en continuation de l'action menée jusqu'ici par l'ancien président du parti Adalbert Durrer, car «c'est du centre que l'on a la meilleure vision d'ensemble».

swissinfo avec les agences


Liens

×