Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le canton de Vaud fait du lobbying pour accueillir l'Agence mondiale antidopage

Claude Ruey estime que «les signaux sont au vert».

(Keystone)

Lausanne souhaite obtenir le siège permanent de l'Agence mondiale antidopage (AMA). Avec l'appui de la Confédération, le canton de Vaud et la ville de Lausanne préparent un dossier de candidature qu'ils déposeront d'ici au 23 octobre.

De retour de Sydney, le conseiller d'Etat Claude Ruey affirme n'avoir pas rencontré d'obstacle auprès des milieux sportifs. Mieux, Claude Ruey estime que «les signaux sont au vert». Le gouvernement soutient donc la candidature de la ville. Née dans la foulée des affaires, cette agence indépendante, qui réunit des représentants du CIO et des gouvernements, a déjà son siège provisoire dans la capitale vaudoise.

Son établissement définitif fait toutefois l'objet d'une mise au concours jusqu'au 23 octobre. Or, le fait que l'AMA soit située à proximité du siège du CIO avait suscité des objections quant à son indépendance. Parti «en mission» aux JO, le conseiller d'Etat Claude Ruey et le chef du Service des affaires extérieures du canton, Jean-Pierre Hocké, n'ont pas rencontré d'opposition dans les milieux concernés.

«Les objections sur l'indépendance ne tiennent pas la route et ne sont pas un obstacle rationnel. S'il devait y en avoir, elles seraient plutôt liées à la Suisse, et non pas à Lausanne», a relevé Claude Ruey.

L'exécutif cantonal se réjouit de la décision du Conseil fédéral, qui appuie une candidature dans «la région lémanique» et accorde un statut quasi gouvernemental à l'AMA. Il y a deux semaines, le gouvernement a décidé de lui accorder une aide de départ de 200 000 francs au cas où la Suisse serait définitivement retenue.

Par un «gentleman agreement», Vaud s'est en outre entendu avec Genève pour défendre Lausanne. S'il n'est pas chiffré, l'appui «logistique» du canton comprend notamment la mise à disposition de bâtiments et locaux.

Vaud compte sur une série de relais et de contacts privilégiés dans les milieux sportifs et gouvernementaux. «Le problème du lobbyisme, c'est qu'il ne faut pas trop en parler», a relevé Claude Ruey. Deux groupes de travail ont été formés, en collaboration avec Berne et Lausanne. Le choix définitif du siège de l'AMA, basée pour
l'instant au Tribunal fédéral, interviendra en avril 2001. Huit à dix autres villes devraient se porter candidates.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×