Le cauchemar olympique d'Evelyne Leu

Chute fatale (heureusement sans casse) après un saut très audacieux. Keystone

Première à l'issue des qualifications du saut acrobatique, la Suissesse a connu une terrible désillusion. Elle rêvait de médaille et termine seulement 11e.

Ce contenu a été publié le 19 février 2002 - 00:59

Deux mauvaises réceptions ont coûté, lundi, une médaille olympique à la Suissesse Evelyne Leu lors de l'épreuve de saut en ski acrobatique. La Bâloise, qui avait remporté les qualifications avec un nouveau record du monde de points, est tombée deux fois lourdement. Heureusement sans mal. Elle termine très loin derrière la nouvelle championne olympique, l'Australienne Alisa Camplin.

Trop de tension

Dernière concurrente à s'élancer lors de la première manche, Evelyne Leu a tenté un saut extrêmement difficile. Mais, après un envol impressionnant et une bonne exécution de son double «full», la Bâloise est partie en avant et a totalement manqué sa réception. «Je n'avais pas assez de vitesse au moment d'aborder le tremplin», reconnaissait-elle.

Ses espoirs de médaille envolés, la Suissesse n'a pas hésité à tenter son «full-full-full» lors de la seconde manche, alors que sa concentration n'était pas optimale. Mais, là encore, l'atterrissage a été difficile. «Je ne suis pas blessée, c'est le plus important», assurait-elle.

A l'image du snowboardeur Gilles Jaquet (lui aussi premier lors des qualifications de sa discipline et très vite éliminé de la course au titre), Evelyne Leu n'est pas parvenue à contenir toute sa tension au moment de la compétition finale. «J'ai dépensé beaucoup d'énergie pendant toute la semaine, concluait la Bâloise. Pourtant, je n'étais pas trop nerveuse au moment de m'élancer.» Elle qui avait pourtant remporté l'épreuve de Coupe du monde sur ce même tremplin l'an dernier.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article