Le CHUV à la pointe de la recherche contre le sida

Entre six et huit ans au minimum vont s’écouler avant qu’un vaccin ne puisse être commercialisé. swissinfo.ch

Le Centre hospitalier universitaire vaudois a été choisi avec un hôpital de Londres pour mener - sur des humains - les premiers tests européens de vaccins contre la maladie.

Ce contenu a été publié le 19 octobre 2002 - 16:25

Dès l'an prochain, quelque 80 volontaires participeront aux essais.

Issues de la région, ces personnes ne devront pas faire partie de groupes à risque, a déclaré le chef de la division d'immunologie et d'allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) dans une interview parue samedi dans le quotidien «24 Heures».

Plusieurs vaccins seront testés dans un premier temps, a encore expliqué le professeur Giuseppe Pantaleo. Les essais se poursuivront ensuite avec le meilleur d'entre eux. Ainsi, les futurs 80 volontaires ne prendront pas de risques inconsidérés.

«Le vaccin ne contient pas le virus complet, mais des portions du virus incapables de reconstituer un virus infectieux», précise le professeur. Pour obtenir le feu vert, tout vaccin testé doit avoir fait la preuve qu'il ne présente aucun risque.

Pas avant six à huit ans...

Les tests devraient s'effectuer en trois phases. Ainsi, entre six et huit ans au minimum vont s'écouler avant qu'un vaccin ne puisse être commercialisé.

A noter la phase qui va commencer à Lausanne fait partie du programme «Eurovac» qui mobilise depuis quatre ans 32 équipes de recherche dans huit pays d'Europe.

Si l'un des produits se révèle intéressant, il faudra encore trois à quatre ans pour en évaluer l'efficacité potentielle. Les évaluations se feront alors hors de l'Europe, dans des pays en développement où la fréquence des infections est très élevée.

«Il nous faut un bassin de population de 30 000 personnes, avec les problèmes logistiques inhérents à ce type d'études», a conclut le professeur Pantaleo.

«Si des gens pensent qu'on peut développer un vaccin à Lausanne, seuls dans notre coin, ils se trompent.» A ce stade, une coopération internationale sera nécessaire.

swissinfo avec les agences

En bref

Avec un hôpital de Londres, le CHUV effectuera les premiers tests européens de vaccins sur des humains
Quelque 80 volontaires de la région prendront part à cette campagne
Les tests vont s'effectuer en trois phases
Entre six et huit ans au minimum vont s'écouler avant qu'un vaccin ne puisse être commercialisé

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article