Navigation

Le dalaï lama ne viendra plus en Mongolie, selon le gouvernement

Pékin accuse le dalaï lama de rechercher l'indépendance du Tibet (archives). KEYSTONE/AP/MANISH SWARUP sda-ats
Ce contenu a été publié le 21 décembre 2016 - 15:10
(Keystone-ATS)

Le dalaï lama ne se rendra plus en Mongolie, même pour des raisons strictement religieuses, a promis le gouvernement mongol. Il cède ainsi aux pressions de Pékin à la suite d'une visite du chef spirituel tibétain le mois dernier à Oulan Bator.

Le ministre mongol des Affaires étrangères Tsend Munkh-Orgil a fait savoir mardi que la Mongolie n'autoriserait plus de visites du dalaï lama, a rapporté l'agence de presse Chine nouvelle, citant un quotidien mongol.

Pékin accuse le dalaï lama de rechercher l'indépendance du Tibet. Elle avait protesté contre sa visite en novembre en Mongolie lors de laquelle le prix Nobel de la paix avait rencontré d'autres religieux bouddhistes, sans être cependant reçu par des dirigeants du pays.

La Chine était soupçonnée d'avoir réagi en bloquant des camions mongols à la frontière entre les deux pays. Elle avait ainsi perturbé les exportations de charbon vitales pour l'économie de son petit voisin. Le ministère chinois des Affaires étrangères a espéré mercredi que la Mongolie "tirerait les leçons" de l'incident.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.