Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le froid a freiné les champions à Athletissima

L'Américain Tyson Gay passe tranquillement la ligne d'arrivée du 200 mètres.

(Keystone)

Mardi soir à Lausanne, la fraîcheur ambiante n'était pas propice à l'établissement de nouveaux records du monde. Malgré cela, les stars présentes au stade de la Pontaise n'ont pas trahi les attentes placées en elles.

Le Chinois Xiang Liu a dominé le 110 mètres haies avec le troisième meilleur chrono de la saison et l'Américain Tyson Gay a survolé l'épreuve du 200 mètres.

Une fois n'est pas coutume, aucun record ni aucune meilleure performance mondiale de la saison n'ont été établis à La Pontaise. Mais l'Américain Brad Walker a signé un record du meeting de fort belle facture en remportant la perche avec 5m91.

Chouchou du public, Liu Xiang a dominé le 110 m haies 13''01, 3e chrono mondial de la saison. Le champion olympique et recordman du monde (12''88) a tenu en échec l'Américain Anwar Moore, 2e en 13''12, en faisant valoir sa technique de franchissement hors pair sur les derniers obstacles.

«Je me sens toujours bien à Lausanne même si la météo n'était pas bonne, je reviendrai», s'est exclamé le Chinois, très exubérant sur le podium et vainqueur sans conteste à l'applaudimètre.

Gay en se relachant

Tyson Gay avait bien caché son jeu la veille du meeting en affirmant qu'il souffrait d'une tendinite à un genou. La fusée du Kentucky s'est mise sur orbite dès les premières foulées sur son 200 m, avalant d'entrée son copain d'entraînement Wallace Spearmon.

Gay s'est imposé en 19''78, 4e chrono de l'année, à 0''16 de sa meilleure performance mondiale. Le tout en donnant l'impression de couper son effort 20 m avant l'arrivée.

«Je suis parti très vite car il fallait que je sois très fort. Les meilleurs étaient là», a expliqué le champion des Etats-Unis. Usain Bolt, 2e en 20''11, Spearmon, 3e en 20''42, et Jeremy Wariner, 6e en 20''52, ont été relégués au rang de figurants.

Derrick Atkins n'en finit plus de gagner sur la ligne droite. Vainqueur à Athènes il y a huit jours en 9''95, 1er à Paris vendredi dernier (10''00), le Bahamien a encore triomphé sur 100 m, en 10''04. A lui qui s'entraîne dans le Dakota du Nord, tout près du Canada, le froid de la Pontaise n'a pas dû sembler très vif.

Chez les dames, Torri Edwards est bien revenue à son meilleur niveau. La championne du monde de 2003, de retour après une suspension pour dopage, a raflé la mise en 11''00.

Jamal en championne

Maryam Jamal, sur 1500 m, a réagi en grande championne après sa déroute de Paris vendredi (13e). L'athlète du Barhein qui habite et s'entraîne à Lausanne s'est échappée et a ensuite résisté admirablement au retour du peloton pour gagner en 4'03''61.

Le Panaméen Irving Saladino a survolé la longueur. Avec deux bonds à 8m36, il a confirmé son impressionnante régularité, lui qui avait remporté 14 de ses 15 concours l'an passé. «Mais le vent m'a gêné aujourd'hui», relevait le kangourou d'Amérique centrale.

Le Chaux-de-Fonnier Julien Fivaz n'a pas été dans le coup. Avec trois essais nuls et un meilleur résultat à 7m40, il a livré sa plus mauvaise prestation de la saison. Il lui reste deux semaines et demie pour se régénérer avec les Championnats de Suisse.

Le rêve brisé du relais suisse

Enfin, le relais suisse 4 x 100 m, qui abattait son avant-dernière carte en vue de la qualification pour les Mondiaux d'Osaka, a vu son rêve brisé dans l'œuf. Le premier relayeur, le Genevois Cédric Nabe, a été terrassé par un claquage après quelques foulées.

Sprinter suisse le plus rapide de la saison, Nabe, qui étudie aux Etats-Unis, était intégré pour la première fois de l'année au relais helvétique, aux côtés de Marco Cribari, Marc Niederhäuser et Marc Schneeberger.

Las, l'aventure a tourné court, et le quatuor helvétique ne dispose en principe plus que d'une seule chance pour accrocher les minima pour les Mondiaux (39''00), dans un mois à Bochum en Allemagne. La victoire a été remportée par la Jamaïque en 38''75, avec Asafa Powell comme dernier relayeur.

swissinfo et les agences

Athletissima

Le meeting lausannois est né d'un formidable concours de circonstance, le soir du 8 juillet 1977.

Ancien spécialiste du 800 mètres, Jacky Delapierre organise un «événement» spécial pour l'inauguration du stade Pierre-de-Coubertin et réussit à faire venir à Lausanne les meilleurs athlètes de l'époque.

Malgré les trombes d'eau qui s'abattent sur le stade ce soir-là, près de 6000 personnes encouragent avec enthousiasme des athlètes incrédules. Ces derniers, émus par cette ferveur populaire décideront de revenir sur place trois semaines plus tard pour 'offrir' un nouveau meeting, sous des cieux plus cléments, en guise de remerciement. Athletissma était né.

L'an dernier, Athletissima s'était hissé au second rang mondial des meetings au classement des performances de l'IAAF (Association internationale des fédérations d'athlétisme)

Fin de l'infobox


Liens

×