Le fumier aux antibiotiques

Les antibiotiques que l’on donne aux animaux se retrouvent dans leurs déjections, puis dans les champs. Keystone

Certaines déjections d'animaux d'élevage contiennent des antibiotiques. Leur entrée dans la chaîne alimentaire pourrait poser un sérieux problème de santé publique.

Ce contenu a été publié le 26 avril 2002 - 19:13

En utilisant le fumier et le purin comme engrais, les agriculteurs répandent sans le vouloir des doses conséquentes d'antibiotiques dans les sols. C'est ce que montre une étude de l'Institut fédéral pour les sciences et les techniques de l'environnement (EAWAG) à Dübendorf.

Ces médicaments ne se dissolvent pas facilement dans la terre. Le risque est donc réel de voir naître des générations de bactéries résistantes aux antibiotiques, qui pourraient ensuite se retrouver dans l'eau du robinet, ou dans nos assiettes, via les produits du sol.

Selon Stephan Müller, chef de la Division eau et agriculture de l'EAWAG, les analyses ont révélé des concentrations de sulfonamide dans les déjections animales jusqu'à 20 parts par million. Ce qui signifie que chaque hectare de champ fertilisé avec ces fumures pourrait recevoir un kilo de cet antibiotique.

La Suisse a pourtant banni en 1999 les antibiotiques de croissance dans la nourriture animale. Mais Stéphan Müller fait remarquer que le bénéfice de cette interdiction est bien atténué par l'usage croissant des antibiotiques thérapeutiques.

Super résistance

Autre inquiétude pour les scientifiques: le fait que les bactéries résistent de mieux en mieux aux antibiotiques. «Il existe désormais des bactéries qu'aucun médicament ne peut détruire, et le problème ne concerne pas seulement la Suisse, mais le monde entier», souligne Stephan Müller.

«La seule solution sera d'intensifier les recherches pour trouver des moyens de réduire le plus possible l'usage des antibiotiques dans l'élevage», poursuit le scientifique.

swissinfo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article