Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le Luxembourg ouvre une information judiciaire contre un banquier suisse

André Lussi, le banquier suisse le plus puissant de la planète.

(Keystone Archive)

Le banquier suisse André Lussi, à la tête de Clearstream, l'une des sociétés les plus mystérieuses de la finance internationale, installée au Luxembourg, est dans le collimateur de la justice qui parle de "blanchiment", de "faux et usage de faux", "d'abus de bien social" et de "détournements de fonds".

L'histoire s'accélère. Jeudi dernier, Bernard Bertossa, procureur général de Genève, signait dans Le Monde, avec d'autres magistrats européens, une tribune libre pour dénoncer les chambres de compensation internationales, et notamment Clearstream, soupçonnées d'être les boîtes noires de la mondialisation criminelle.

Vendredi soir, Carlos Zeyen, substitut du procureur du grand-duché du Luxembourg, chargé de la lutte anti-blanchiment, a ouvert une information judiciaire visant Clearstream, et son administrateur délégué depuis 1991, le Suisse André Lussi, ancien banquier à l'UBS, en poste à Londres.

Toute l'affaire a éclaté le 28 février dernier avec la sortie de "Révélation$", signé par le journaliste français Denis Robert, et l'ancien numéro trois de Clearstream, le Luxembourgeois Ernest Backes.

Cet ouvrage, déjà vendu à 30 000 exemplaires, dévoile que les chambres de compensation, créées à l'origine pour faciliter le transfert d'argent par-delà les frontières, sont devenues des monstres financiers, gérés d'une manière de plus en plus opaque.

A côté des comptes officiels, Clearstream s'est mise à ouvrir des comptes secrets ou "comptes non publiés", ouverts par des banques ou par des sociétés installées dans des paradis fiscaux. Et cette pratique se serait développée avec l'arrivée en 1991 d'André Lussi à la tête de cette société luxembourgeoise.

Révélation$ met en cause à plusieurs reprises le banquier suisse, dénonçant notamment son "autoritarisme" et ses "stages intensifs de management", qui seraient animés par des scientologues.

Depuis la publication du livre, André Lussi aurait multiplié les intimidations et les offensives judiciaires afin de bloquer les traductions de Révélation$ à l'étranger. Le patron de Clearstream est même accusé d'avoir lancé des détectives privés sur les traces des auteurs de l'ouvrage!

Jusqu'à ce jour, le banquier suisse le plus puissant de la planète (il brasse chaque année près de 11 000 milliards d'euros, soit plusieurs centaines de fois le budget de la Suisse) est resté muet. L'ouverture d'une information judiciaire va-t-elle le pousser à s'expliquer?

Ian Hamel


Liens

×